Écrire Etats Unis. Il reste trois semaines à un gouverneur pour décider d’accorder une grâce à Jacqueline Montanez

Action complémentaire sur l’AU 96/12, AMR 51/062/2014, 18 décembre 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 11 JANVIER 2015. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Le gouverneur sortant de l’Illinois a jusqu’au 11 janvier pour décider s’il accordera une grâce à Jacqueline Montanez. Cette femme purge une peine de réclusion à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle pour un crime commis quand elle était mineure, une sentence qui viole le droit international. Elle a déjà passé plus de la moitié de sa vie en prison. En 1992, Jacqueline Montanez a été inculpée d’assassinat et automatiquement jugée devant un tribunal pénal pour adultes, malgré le fait qu’elle n’avait que 15 ans. Si elle avait été jugée devant une juridiction pour mineurs, des facteurs tels que son âge, son passé marqué par la violence, ses problèmes de santé mentale et ses chances de réinsertion auraient pu être pris en compte. Elle a été reconnue coupable de deux meurtres et condamnée à une peine automatique de réclusion à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle. Appliquée à une personne âgée de moins de 18 ans au moment des faits qui lui sont reprochés, une telle sentence représente une violation du droit international. À l’âge de neuf ans, Jacqueline Montanez a commencé à consommer de la drogue et de l’alcool et elle est entrée dans un gang de rue rival de celui de son beau-père. Elle a été hospitalisée à plusieurs reprises pour des comportements suicidaires, dont une overdose (...)

Action terminée

Toutes les actions

Continuons à agir

Toutes les infos

Infos liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.