Écrire Action urgnte (suivi) : Arabie Saoudite. Malgré l’avis du comite médical, Raif Badawi est toujours en danger

Action complémentaire sur l’AU 3/13, MDE 23/008/2015, 26 janvier 2015 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 9 MARS 2015. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Bien que la flagellation publique de Raif Badawi prévue vendredi 23 janvier n’ait pas eu lieu, le médecin de la prison qui l’a examiné ce matin-là a déclaré qu’il était apte à subir ce châtiment. Cet avis entre en contradiction directe avec la recommandation émise par un comité médical seulement deux jours plus tôt. Raif Badawi risque toujours de recevoir les 950 autres coups de fouet auxquels il a été condamné. Vendredi 23 janvier, Raif Badawi a été extrait de sa cellule et examiné par un médecin de la prison qu’il n’avait jamais rencontré. Celui-ci a estimé qu’il était apte à la flagellation. Il a alors été informé qu’un comité médical avait recommandé, deux jours plus tôt, que Raif Badawi ne soit pas flagellé. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’il a recommandé que Raif Badawi soit renvoyé devant le comité médical pour être réexaminé, au lieu de signer les papiers recommandant sa flagellation. Mercredi 21 janvier, Raif Badawi a été conduit à l’hôpital King Fahd de Djedda, où il a été examiné de manière approfondie par un comité composé de huit médecins. Après plusieurs heures d’examens, ce dernier a conclu qu’il souffrait d’hypertension et recommandé aux autorités de ne pas le flageller. Cependant, il est évident que Raif Badawi risque toujours de subir d’autres flagellations tant que sa peine est maintenue, d’autant plus que (...)

Action terminée

Toutes les actions

Continuons à agir

Toutes les infos

Infos liées