Écrire Arabie Saoudite. La flagellation en public de Raif Badawi repoussée pour des raisons inconnues

Action complémentaire sur l’AU 03/13, MDE 23/013/2015 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 18 MARS 2015. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. La flagellation en public de Raif Badawi, prévue pour le 30 janvier, n’a pas eu lieu pour des raisons inconnues. Cet homme est un prisonnier d’opinion, fouetté en public il y a trois semaines et condamné à 10 ans de prison et 1 000 coups de fouet. On ignore pourquoi Raif Badawi n’a pas été fouetté en public comme prévu le 30 janvier 2015. Contrairement aux semaines précédentes, on ne l’a pas fait sortir de sa cellule pour l’envoyer se faire examiner par un médecin de la prison. Les raisons de ces événements nous sont inconnues. Amnesty International a également appris que la Cour suprême avait renvoyé le dossier de Raif Badawi au tribunal pénal de Djedda le 3 février. Nous ne disposons d’aucune autre information à ce sujet. La Cour suprême aurait pu confirmer la culpabilité et la sentence du prévenu, ou réclamer un nouveau procès en annulant la décision rendue ou en formulant des observations et des recommandations. Les autorités saoudiennes n’ont fait aucune déclaration officielle sur cette affaire malgré l’indignation de la communauté internationale. Raif Badawi doit encore purger le reste des peines prononcées à son encontre. Le 7 mai 2014, le tribunal pénal de Djedda l’a condamné à 10 ans de prison, assortis d’une interdiction de voyager de la même durée et d’utiliser les médias, 1 000 coups de fouet et une amende (...)

Action terminée

Toutes les actions

Continuons à agir

Toutes les infos

Infos liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.