Écrire Iran. La défenseure des droits humains Narges Mohammadi, privée de soins médicaux urgents

Action complémentaire sur l’AU 105/15, MDE 13/2233/2015, 5 août 2015 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 16 SEPTEMBRE 2015 . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. La défenseure iranienne des droits humains Narges Mohammadi, emprisonnée depuis le 5 mai, a été emmenée à l’hôpital le 1er août parce qu’elle souffrait d’une paralysie partielle. Elle est privée des soins médicaux spécialisés dont elle a besoin et mise en accusation pour ses activités en faveur des droits humains. Amnesty International la considère comme une prisonnière d’opinion. Narges Mohammadi, détenue à la prison d’Evin, à Téhéran, a été emmenée à l’hôpital Taleghani le 1er août. Elle avait été paralysée partiellement pendant huit heures ce jour-là. Les médecins ont estimé qu’elle devait être examinée par un spécialiste. Malgré cela, elle a été reconduite à la prison d’Evin le lendemain sans recevoir de soins spécialisés. Taghi Rahmani, son époux qui est réfugié à Paris, a déclaré qu’elle avait également été emmenée à l’hôpital le 27 juillet après s’être plainte de douleurs aux poumons. Selon lui, le médecin a estimé qu’elle devait être hospitalisée en raison d’une suspicion d’embolie pulmonaire (présence d’un caillot de sang dans les poumons) mais elle a été renvoyée en prison sans bénéficier des soins nécessaires. Le lendemain, la direction de la prison a refusé qu’elle aille à un rendez-vous chez un neurologue pour la paralysie dont elle avait été victime. Outre le fait d’être privée des soins médicaux dont elle a (...)

Action terminée

Toutes les actions

Continuons à agir

Toutes les infos

Infos liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse