Écrire Mansour Ossanlu (h), président du Syndicat des travailleurs de la régie des bus de Téhéran et de sa banlieue (Sherkat-e Vahed)

MDE 13/118/2007 - Action complémentaire sur l’AU 08/06 (MDE 13/002/2006, 9 janvier 2006) et ses mises à jour (MDE 13/094/2006, 17 août 2006 ; MDE 13/129/2006, 29 novembre 2006 ; MDE 13/011/2007, 31 janvier 2007 ; MDE 13/086/2007, 13 juillet 2007) S’il ne reçoit pas des soins d’urgence à l’hôpital, Mansour Ossanlu risque, selon le médecin de la prison d’Evin, de perdre la vue dans les deux semaines. L’administration pénitentiaire a indiqué que cet homme avait bénéficié d’un traitement médical, mais cela n’est pas le cas. Lorsqu’une délégation de syndicalistes indonésiens en visite, et plus tard sa femme, ont tenté de rendre visite à Mansour Ossanlu à la prison d’Evin le 9 octobre, l’administration pénitentiaire a déclaré que celui-ci avait été conduit à l’hôpital d’urgence des suites de blessures qu’il avait subies aux mains des forces de sécurité en mai 2005. Son épouse a finalement pu le voir le 15 octobre, mais Mansour Ossanlu lui a dit qu’il n’avait bénéficié d’aucun traitement médical. Le prisonnier d’opinion Mansour Ossanlu, président du Syndicat des travailleurs de la régie des bus de Téhéran et de sa banlieue (Sherkat-e Vahed), a été arrêté le 10 juillet 2007. Il avait déjà été privé de liberté pendant huit mois, de décembre 2005 à août 2006, et de nouveau pendant un mois, en novembre/décembre 2006 en raison de ses activités de syndicaliste. Certaines sources indiquent que ce militant avait été condamné à cinq ans d’emprisonnement en mai 2007, mais on pense qu’il a été libéré sous caution au moment de son arrestation. (...)

Action terminée

Toutes les actions

Continuons à agir

Toutes les infos

Infos liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.