Zeng Jinyan adresse une lettre aux membres d’Amnesty International

Chers amis d’Amnesty International, Chers Christine, Morag Anne Elder, Elisabeth Flett, James, Mel, Ferretti Anna ... et beaucoup, beaucoup d’amis. Je ne suis pas en mesure d’énumérer tous vos noms ici. Merci beaucoup pour vos lettres à moi-même et à ma famille ! Après trois semaines au Fujian à la maison de mes parents, hier soir, je suis revenue à ma maison à Beijing. L’atmosphère dans la maison de mes parents était un peu détendue, maintenant je reviens à la "prison" dans la ville de la liberté. Il y a de nombreux policiers qui entouraient ma maison. Ce matin, j’ai vu trois voitures de police et de nombreux policiers en civil arriver à mon immeuble. J’ai été un peu mal à l’aise de voir parmi eux de nouveaux visages. Cela rajoute encore un peu de pression sur moi. Être en résidence surveillée n’est vraiment pas une situation heureuse, mais parfois je préfère encore traiter avec les policiers qui m’ont déjà surveillée pendant des années, plutôt que d’avoir affaire à de nouveaux policiers. J’étais un peu déprimée. Avec un peu d’espoir, j’ai essayé d’ouvrir ma boîte aux lettres, et j’ai trouvé près d’une centaine de lettres et cartes postales. Je les ai prises à la maison, je les ai ouvertes une par une, lentement et précieusement. J’ai vu des montagnes rocheuses, des icebergs, des châteaux, des plages, des jaunes d’œufs, des oiseaux, des églises, des rues quelque part dans le monde, des marionnettes et différents types de fleurs, et des dessins d’enfants très lumineux avec des arbres de couleur orange, et du soleil et (...)

Action terminée

Toutes les actions

Continuons à agir

Toutes les infos

Infos liées

M. Borsus, dites non aux ventes d’armes à l’Arabie saoudite

Les armes vendues par la Région wallonne à des pays violant sans le moindre scrupule les droits humains font couler du sang innocent. Cela doit cesser. Signez notre pétition