Écrire Sayed Perwiz Kambakhsh (h), étudiant et journaliste

ASA 11/012/2008 - Action complémentaire sur l’AU 39/08 (ASA 11/002/2008, 11 février 2008) Amnesty International sait maintenant que Sayed Perwiz Kambakhsh a été reconnu coupable d’une infraction seulement passible de cinq ans d’emprisonnement, mais cet homme est toujours sous le coup d’une condamnation à mort. Sa procédure en appel, qui a commencé le 18 mai, n’est ni équitable, ni impartiale. Elle a abouti à une impasse devant la cour d’appel de Kaboul. Sayed Perwiz Kambakhsh a été arrêté le 27 octobre 2007 et a été condamné à mort le 22 janvier 2008 pour « blasphème » par un tribunal de première instance dans la ville de Mazar-e-Charif (nord du pays). Il a été reconnu coupable d’avoir téléchargé sur Internet des documents analysant le rôle des femmes dans l’islam, d’y avoir ajouté des commentaires et de les avoir distribués à l’université de Balkh. Il dément toutes ces accusations et affirme que des « aveux » lui ont été arrachés sous la contrainte. Il n’existe aucun fondement juridique justifiant sa déclaration de culpabilité ou la peine prononcée contre lui. Il a été condamné au titre de l’article 347 du Code pénal, qui prévoit une peine maximale de cinq ans d’emprisonnement, et non la peine capitale, pour les personnes reconnues coupables d’avoir perturbé ou empêché les rites religieux, ou bien d’avoir dégradé des lieux de culte. Selon un rapport de l’Institut d’informations sur la paix et la guerre (IWPR), une organisation caritative proposant aux médias locaux des formations et un renforcement de leurs capacités, au (...)

Action terminée

Toutes les actions

Continuons à agir

Toutes les infos

Infos liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.