Action : Près de 150 familles résidant dans le centre de Phnom Penh risquent une expulsion forcée

Les autorités municipales de Phnom Penh menacent depuis juin 2006 d’expulser de force quelque 150 familles vivant dans une zone connue sous le nom de Groupe 78. La plupart des résidents sont des vendeurs ambulants pauvres ; d’autres sont enseignants ou encore fonctionnaires subalternes. Une fois qu’elles auront expulsé ces familles, les autorités comptent les reloger à Andong, un site sans aucun approvisionnement en eau et dépourvu de canalisations d’égout, où des milliers de personnes expulsées d’autres quartiers de Phnom Penh vivent dans des conditions épouvantables. Les familles ont effectué à plusieurs reprises des démarches pour que leur soient officiellement délivrés les titres de propriété correspondant à leurs parcelles. Elles sont en possession de documents officiels prouvant qu’elles ont vécu suffisamment longtemps sur place pour obtenir un titre de propriété, mais les autorités ont rejeté toutes leurs demandes. Les autorités du district de Chamkar Morn ont adressé à la population de Groupe 78 cinq avis d’expulsion, dont aucun ne s’appuie sur une décision de justice. Les autorités locales ont donné à la population diverses raisons, souvent contradictoires, pour justifier leur expulsion. Il a ainsi parfois été dit aux habitants que le terrain est propriété de l’État et ne peut être vendu, puis à d’autres moments qu’il s’agit d’un terrain privé. Les résidents de Groupe 78 ont déposé des recours et des demandes auprès des autorités nationales et locales, ainsi qu’auprès des gouvernements étrangers (...)

Action terminée

Toutes les actions

Continuons à agir

Toutes les infos

Infos liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse