Écrire Fredy Peccerelli (h), directeur exécutif de la Fondation guatémaltèque d’anthropologie médico-légale ...

... (FAFG) ; Gianni Peccerelli (h), son frère, et leurs proches ainsi que les autres membres de la FAFG AMR 34/002/2009 - AU 07/09 Fredy Peccerelli, qui dirige une organisation procédant à des exhumations de charniers datant de l’époque du conflit armé interne au Guatémala, a été menacé de mort par courrier électronique le 8 janvier. Amnesty International estime que cet homme, sa famille et ses collègues courent un grand danger. Fredy Peccerelli est directeur exécutif de la Fondation guatémaltèque d’anthropologie médico-légale (FAFG). Le 8 janvier à 13 h 13, il a reçu un courrier électronique dont le contenu était le suivant : « Sale fils de pute, Fredy ! On vous surveille, putain de révolutionnaires. Vos familles vont payer pour vous, on les surveille et on va commencer par vos frères et sœurs ; d’abord, on va tuer Yani [Gianni]. J’envoie des photos ci-joint pour que vous ne pensiez pas que ce sont des foutaises. » L’adresse électronique d’Omar Bertoni Girón, chef du département d’anthropologie médico-légale de la FAFG, était en copie de ce courrier. Ce message était accompagné d’une photographie montrant la voiture de Gianni Peccerelli garée à une station-service près de l’endroit où lui et Fredy habitent. Un cachet de la date du 5 janvier était apposé sur ce document. Gianni Peccerelli est le frère de Fredy Peccerelli. INFORMATIONS GÉNÉRALES La FAFG procède à l’exhumation de charniers créés au cours de la guerre civile qui a touché le Guatémala de 1960 à 1996. La découverte de charniers et l’identification (...)

Action terminée

Toutes les actions

Continuons à agir

Toutes les infos

Infos liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse