Écrire Deux officiers de l’armée congolaise : Yawa Gomonza (h), 61 ans ; Paul Ndokayi (h), 61 ans

AFR 62/018/2007 - AU 284/07 Deux officiers de haut rang de l’armée nationale congolaise ont besoin de toute urgence de soins médicaux pour traiter leurs blessures provoquées par des actes de torture qui leur ont été infligés par des membres de la Direction des renseignements généraux et services spéciaux (DRGS). Ils sont détenus sans jugement au Centre pénitentiaire et de rééducation de Kinshasa (CPRK), la principale prison de la capitale de la République démocratique du Congo (RDC). Le commandant Yawa Gomonza a été arrêté le 1er décembre 2006, lorsqu’un groupe de policiers est entré de force à son domicile avant de lui attacher les bras derrière le dos et de lui enchaîner les pieds. Sa maison a été fouillée et son uniforme, son appareil-photo, son téléphone portable et d’autres objets lui appartenant ont été saisis. Il a été conduit à Kin-Mazière, le siège de la DRGS à Kinshasa, où il a été violemment battu et accusé d’avoir organisé des réunions avec la garde armée du chef de l’opposition, Jean-Pierre Bemba, qui avait perdu les élections présidentielles face à Joseph Kabila à la fin du mois d’octobre 2006. D’après certaines sources locales, Yawa Gomonza est infirme et n’est plus capable de marcher depuis qu’il a été torturé. Il ne peut se déplacer dans la prison que s’il est soutenu par d’autres prisonniers. Il souffrirait également d’hypertension artérielle, une affection pour laquelle il doit être traité en urgence. Il n’a reçu aucun traitement médical adapté depuis son arrestation, et les défenseurs des droits humains (...)

Action terminée

Toutes les actions

Continuons à agir

Toutes les infos

Infos liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.