Écrire Delara Darabi (f), délinquante mineure, 22 ans

MDE 13/031/2009 - AU 98/09 L’avocat de Delara Darabi, Abdolsamad Khorramshahi, craint que sa cliente ne soit exécutée très prochainement. En effet, elle lui a téléphoné le 21 mars en lui disant qu’elle avait entendu à la prison de Rasht des rumeurs selon lesquelles elle serait exécutée. Delara Darabi est détenue à la prison de Rasht, dans le nord de l’Iran, depuis son arrestation en 2003. Elle a été condamnée à mort pour un meurtre commis alors qu’elle n’avait que dix-sept ans. Elle a épuisé toutes les voies de recours ordinaires, bien que les préoccupations exprimées au niveau national et international quant à sa situation semblent avoir donné lieu à des révisions judiciaires répétées et progressant lentement. Cependant, pour garantir qu’elle ne sera pas exécutée, il faut que tous les membres de la famille de la victime du meurtre pour lequel elle a été condamnée acceptent le paiement de la diya (« prix du sang ») en échange de leur pardon. D’après certaines sources, l’un d’eux ne s’est pas encore décidé. En septembre 2003, Delara Darabi, alors âgée de dix-sept ans, et son ami Amir Hossein Sotoudeh, dix-neuf ans, sont entrés par effraction chez la cousine du père de Delara, Mahin, qui avait cinquante-huit ans, afin de commettre un cambriolage. Amir Hossein aurait tué cette dernière au cours du vol. Dans un premier temps, Delara Darabi a « avoué » cet homicide afin de permettre à son ami d’échapper à une exécution ; selon elle, il lui avait affirmé qu’en tant que mineure, elle ne pourrait être condamnée à mort. Par la (...)

Action terminée

Toutes les actions

Continuons à agir

Toutes les infos

Infos liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.