La liberté menacée de mort

Dina Meza, une journaliste qui a récemment reçu un prix pour son action, ses collègues à la revue en ligne Revistazo.com et l’Association pour une société plus juste (ASJ), qui assure la parution de cette dernière, ont fait l’objet de diverses manœuvres de harcèlement et d’intimidation à la suite d’enquêtes menées sur plusieurs sociétés de sécurité privées concernant des infractions au droit du travail. L’un des collaborateurs de l’association, l’avocat Dionisio Díaz García, a été tué par balle en décembre 2006, alors qu’il se rendait en voiture à la Cour suprême du Honduras où il devait préparer une audience dans le cadre d’une affaire prise en charge par l’ASJ. Personne n’a été traduit en justice pour cet homicide. Au cours des mois précédents, Dioniso Díaz García et Dina Meza avaient été suivis par des voitures dépourvues de plaque d’immatriculation. Les enfants de Dina Meza ont été suivis de la sortie de l’école à leur domicile, et des propos désobligeants à l’égard de la journaliste ont été enregistrés sur le forum en ligne de Revistazo.com. Peu après la mort de Dionisio Díaz García, Carlos Hernández, le président de l’ASJ, a reçu un SMS rédigé en anglais annonçant : « Tu es le prochain, car c’est toi le président. » À peu près à la même époque, il a été suivi et surveillé par deux hommes à moto. D’autres membres de l’association ont eux aussi signalé une augmentation du nombre de menaces et de manœuvres d’intimidation. Ils ont par ailleurs été mis en garde au sujet d’un complot semble-t-il ourdi par des sociétés de sécurité (...)

Action terminée

Toutes les actions

Continuons à agir

Toutes les infos

Infos liées

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.