Où est artur Akhmatkhanov ?

Chaque mois, les sections d’Amnesty International mettent l’accent sur trois cas de violations des droits humains dans le monde. Ces lettres du mois sont publiées dans le magazine de la section belge francophone que vous pouvez consulter ici. Merci de votre action. Le 2 avril 2003, Artur Akhmatkhanov, étudiant et défenseur des droits humains, était arrêté à Grozny, en Tchétchénie, par des individus masqués apparemment membres des forces fédérales russes. Ils l’ont cagoulé et emmené de force dans un véhicule blindé. Depuis lors, personne ne l’a revu. Il s’était marié un mois auparavant. Au moment de sa « disparition », Artur Akhmatkhanov était bénévole dans la Société pour l’Amitié russo-tchétchène, une ONG de défense des droits humains. En mars 2004, l’armée russe a nié toute implication dans la « disparition » d’Artur Akhmatkhanov. Une enquête officielle avait été ouverte dès le 4 avril 2003. Depuis, elle a été suspendue. L’ONG russe Memorial estime que ce sont entre 3 000 et 5 000 hommes, femmes et enfants qui ont « disparu » de force ou ont été enlevés en Tchétchénie depuis 1999. La mère d’Artur Akhmatkhanov, Bilat Akhmatkhanova, continue de rechercher son fils dans les fosses communes, les lieux de détention et d’autres endroits où elle craint qu’il soit détenu. Elle n’a pas perdu l’espoir de retrouver son fils en vie. « Même aujourd’hui, je continue à croire qu’aujourd’hui ou peut-être demain, on me rendra mon fils. Chaque nuit, il apparaît dans mes rêves et je me réveille en pleurs. Ce n’est plus une vie. Pour moi, le (...)

Action terminée

Toutes les actions

Continuons à agir

Toutes les infos

Infos liées