Écrire Narges Mohammadi et Abdolreza Tajik, défenseurs des droits humains, détenus en Iran

AU 133/10, MDE 13/065/2010 Un homme et une femme, tous deux membres d’une ONG iranienne, le Centre de défense des droits humains (CDDH), seraient détenus à la prison d’Evin, où ils risquent d’être victimes de torture et d’autres formes de mauvais traitements. Amnesty International craint qu’il ne s’agisse de prisonniers d’opinion, détenus uniquement pour avoir exercé pacifiquement leur droit à la liberté d’expression et d’association. Narges Mohammadi, responsable adjointe du CDDH et mère de jumeaux de trois ans, a été arrêtée tard dans la soirée du 10 juin à son domicile, à Téhéran. Elle n’a été autorisée à passer qu’un seul appel téléphonique à ses proches. Abdolreza Tajik, journaliste et membre du CDDH, a été arrêté le 12 juin, après avoir été convoqué dans les locaux du ministère du Renseignement à Téhéran. Il est détenu au secret depuis lors. C’est sa troisième arrestation depuis l’élection présidentielle contestée de juin 2009 (voir l’AU 171/09 et ses mises à jour). Le 11 juin, la veille du premier anniversaire de l’élection, une chaîne de télévision appartenant à l’État a diffusé une interview de Jawad Tavassolian, l’époux de la fondatrice du CDDH, Shirin Ebadi. Au cours de cet entretien, enregistré en juillet 2009 alors qu’il était incarcéré, Jawad Tavassolian a critiqué sa femme. Shirin Ebadi a affirmé que son mari lui avait indiqué qu’on l’avait maltraité en détention afin de le contraindre à faire ces déclarations. La diffusion de l’interview a été, semble-t-il, programmée de manière à coïncider avec l’anniversaire de (...)

Action terminée

Toutes les actions

Continuons à agir

Toutes les infos

Infos liées

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.