Écrire Le dirigeant associatif brésilien Alexandre Anderson de Souza est en danger

AU 192/10, AMR 19/011/2010 Alexandre Anderson de Souza, président de l’Association des hommes de la mer (AHOMAR), a reçu plusieurs menaces liées à ses activités de dirigeant associatif. Il est en danger et ne bénéficie pas d’une protection suffisante. En tant que président d’AHOMAR, qui représente plus de 700 pêcheurs, Alexandre Anderson de Souza milite contre la construction d’un gazoduc dans la municipalité de Magé, à la périphérie de Rio de Janeiro. AHOMAR affirme que cet ouvrage provoquerait des dommages environnementaux et anéantirait les moyens de subsistance de milliers de pêcheurs. Depuis avril 2009, Alexandre Anderson et d’autres membres d’AHOMAR sont menacés par des policiers, des agents de sécurité et des « miliciens » supposés – membres de polices parallèles qui opèrent comme des mafias dans de nombreux quartiers de Rio. Le 30 avril 2009, il a reçu quatre balles. Trois semaines plus tard, le 22 mai, le trésorier d’AHOMAR, Paulo César dos Santos Souza, a été passé à tabac et abattu sous les yeux de sa femme et ses enfants. Cet homicide a été perpétré six heures après que la construction de la conduite de gaz a été stoppée en raison des nombreuses irrégularités constatées lors d’une inspection gouvernementale. En août 2009, Alexandre Anderson et son épouse ont été intégrés à un programme fédéral de protection des défenseurs des droits humains. Cependant, cette protection – qui devaient englober des patrouilles et escortes policières régulières – n’a été mise en place que partiellement et Alexandre Anderson a (...)

Action terminée

Toutes les actions

Continuons à agir

Toutes les infos

Infos liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse