Écrire Mao Hengfeng renvoyée en centre de « rééducation par le travail »

Action complémentaire sur l’AU 95/10, ASA 17/008/2011, 24 février 2011 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 7 AVRIL. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Mao Hengfeng, une défenseure des droits humains qui vit à Shanghai, avait été libérée d’un centre de « rééducation par le travail » pour raisons médicales le 22 février. Cependant, elle y a été renvoyée le 24 février au motif qu’elle n’avait pas respecté les conditions imposées. Elle risque d’être torturée. Selon l’époux de Mao Hengfeng, la police du district de Yangpu, à Shanghai, est arrivée à leur domicile le 24 février 2011 aux alentours de 16 heures. Les agents ont demandé à parler à sa femme. Ils ont rapidement été rejoints par des représentants du centre de « rééducation par le travail » pour femmes de la province d’Anhui. Au total, plus de 30 policiers ont encerclé leur maison. Ils ont dit à Mao Hengfeng qu’elle s’était livrée à des activités allant à l’encontre des conditions imposées lors de sa libération pour raisons médicales, et l’ont renvoyée au centre de « rééducation par le travail ». Elle n’a pas été autorisée à se changer ni à emmener les affaires dont elle avait besoin. Au moment de sa libération, le 22 février, un fonctionnaire lui avait indiqué que son hypertension était la raison de cette mesure. Par ailleurs, Mao Hengfeng présente de graves blessures imputables aux actes de torture qu’elle a subis en détention. Elle a déclaré qu’elle avait perdu en partie la sensibilité du côté gauche de son corps et (...)

Action terminée

Toutes les actions

Continuons à agir

Toutes les infos

Infos liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse