Action : Mao Hengfeng, détenue à Shanghai dans une structure hospitalière et pénitentiaire risque d’être torturée

Mao Hengfeng, une défenseure des droits humains qui vit à Shanghai, avait été libérée d’un centre de « rééducation par le travail » pour raisons médicales le 22 février 2011. Cependant, elle a été - à nouveau - arrêtée deux jours plus tard pour ne pas avoir respecté - selon les autorités chinoises - les termes de sa mise en liberté anticipée. Après sa libération, Mao Hengfeng a fêté l’événement en dînant dans un restaurant avec un groupe d’amis. Par la suite, elle n’a plus été autorisée à quitter son domicile. Le 23 février, elle a tenté de consulter un médecin mais la police le lui a interdit. Ce même jour, diverses personnes - dont nombre de ses amis - ont tenté de la voir, mais sans succès. Elles ont toutes été renvoyées par les forces de l’ordre. ?Selon l’époux de Mao Hengfeng, la police du district de Yangpu, à Shanghai, est arrivée à leur domicile le 24 février aux alentours de 16 heures. Les agents ont demandé à parler à sa femme. Ils ont rapidement été rejoints par des représentants du centre de « rééducation par le travail » pour femmes de la province d’Anhui. Au total, plus de 30 policiers ont encerclé leur maison et procéder à son arrestation. Depuis lors, on ignorait où Mao Hengfeng était détenue. A la mi-juin, ses proches ont appris qu’elle était incarcérée à Shanghai dans une structure hospitalière et pénitentiaire. Aujourd’hui, les membres de sa famille craignent qu’elle soit victime d’actes de torture ou de mauvais traitements comme en 2008. A l’époque, durant son séjour dans un hôpital, elle avait été attachée à (...)

Action terminée

Toutes les actions

Continuons à agir

Toutes les infos

Infos liées

USA/Mexique : un accord risque de mettre des milliers de vies en danger

Les États-Unis et le Mexique envisagent de reconnaître ce dernier comme « pays tiers sûr » et empêcher ainsi tous demandeurs d’asile de demander protection aux États-Unis. Signez notre pétition