Écrire Mexique. Réclamez la protection de Obtilia Eugenio Manuel et Cuauhtémoc Ramírez Rodriguez

Action complémentaire sur l’AU 63/10, AMR 41/039/2011, 21 juin 2011 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 2 AOÛT . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Les militants indigènes Obtilia Eugenio Manuel et Cuauhtémoc Ramírez Rodríguez ont reçu une lettre de menace. Une semaine avant, ils avaient fait l’objet d’une fouille violente et intimidante menée par l’armée mexicaine, de même que d’autres membres de l’OPIM. Le 16 juin, une lettre de menace manuscrite a été découverte au domicile d’Obtilia Eugenio Manuel et Cuauhtémoc Ramírez Rodríguez, leur disant de cesser de faire pression sur le gouvernement à propos du verdict rendu par la Cour interaméricaine des droits de l’homme dans les affaires de Valentina Rosendo Cantú et Inés Fernández Ortega. Le message menaçait également le Centre des droits humains de Tlachinollan, qui collabore avec les deux militants. Il était marqué : « Nous ne vous laisserons jamais seuls même si vous demandez la protection du gouvernement […] si vous ne restez pas tranquilles, nous vous tuerons […] une protection ne vaut rien, nous sommes protégés ». Obtilia Eugenio Manuel est la présidente de l’Organisation du peuple indigène me’phaa (OPIM) tandis que Cuauhtémoc Ramírez Rodríguez, son mari, en est l’un des responsables. Ces deux défenseurs des droits humains et le Centre des droits humains de Tlachinollan ont plusieurs fois été menacés en raison de leur collaboration avec l’OPIM et le soutien qu’ils apportent à Valentina Rosendo Cantú et (...)

Action terminée

Toutes les actions

Continuons à agir

Toutes les infos

Infos liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse