Dossier individu en danger : Campagne contre l’impunité en Colombie - Maria Ubilerma Sanabria López

JPEGJaime Steven Valencia Sanabria, le fils de María Ubilerma Sanabria, a été victime d’une exécution extrajudiciaire le 8 février 2008 sur la route allant à Otaré dans la municipalité d’Ocaña, par les membres du Bataillon d’Infanterie No 15 « Général Francisco de Paula Santander ». Il était étudiant et avait été victime de disparition forcée deux jours auparavant, le 6 février. Son corps a été retrouvé à Ocaña le 27 septembre 2008. L’armée a dit aux médias qu’il était un guérillero tué au combat.

María Ubilerma Sanabria a retrouvé son corps et l’a enterré en novembre 2008. Quelques jours plus tard, elle a commencé à recevoir des menaces et des insultes par téléphone, et on lui a enjoint de se taire.
Le 7 mars 2009, María Uliberma Sanabria allait chercher sa petite-fille à l’école lorsque deux hommes à moto se sont approchés d’elle. L’homme qui se trouvait à l’arrière a sauté de la moto et l’a plaquée contre un mur en la tenant par les cheveux pendant que l’autre lui disait : « […] on ne plaisante pas, continue à l’ouvrir et tu verras, tu finiras comme ton fils, on ne plaisante pas vieille salope. » (« …nosotros no estamos jugando siga abriendo esa jeta y vera [ sic ] que va a terminar como su hijo, nosotros no jugamos vieja hijueputa »).

Deux autres filles de María Ubilerma ont également été menacées par des individus qui leur ont conseillé de se taire.

Le 22 janvier 2010, durant un interview accordé à la radio Caracol, il a été demandé à María Ubilerma Sanabria si elle avait reçu des menaces, elle a répondu par la négative. Le lendemain, vers 5.30 heures du matin, une menace de mort écrite a été glissée sous la porte de son domicile : « Nous avons gagné. Allez vous cacher veilles pleureuses, car nous allons venir vous cherhcer. Phase 2 » (“Ya tenemos la victoria, escondanse viejas lloronas que vamos por ustedes. Phase 2).

Parmi les soldats remis en liberté en janvier 2010 figuraient plusieurs individus impliqués dans l’assassinat de Jaime Steven Valencia Sanabria. AI croit savoir que l’enquête pénale sur ce cas a fait très peu de progrès et, selon les dernières informations reçues, personne n’a été formellement inculpé en relation avec cette enquête.

Toutes les actions

Continuons à agir

Toutes les infos

Infos liées