Écrire Mexique. Des défenseurs des droits des migrants de nouveau menacés.

Action complémentaire sur l’AU 274/11, AMR 41/055/2011, 19 septembre 2011 Les défenseurs des droits des migrants qui travaillent dans un centre d’accueil à Tenosique (sud du Mexique) ont été la cible de menaces et de manœuvres d’intimidation de la part de la police de l’État et de l’armée. Selon des témoins, le 17 septembre, Fray Tomás González, directeur du centre d’accueil pour migrants La 72 et président du Centre des droits humains de l’Usumacinta (CDHU), et le défenseur des droits des migrants Ruben Figueroa se rendaient à Tenosique avec deux migrants afin d’acheter des vêtements pour les pensionnaires du refuge lorsque des militaires les ont arrêtés et ont demandé à fouiller leur pick-up. Dans la mesure où cette fouille n’avait aucune justification légale, les défenseurs des droits humains cités ont refusé de coopérer. Deux fourgons de police sont arrivés et ont encadré le pick-up. L’un des agents de la police de l’État a giflé Ruben Figueroa. Un inconnu en civil est ensuite arrivé sur les lieux et a ordonné aux militaires présents de fouiller le pick-up et de faire sortir les quatre personnes qui s’y trouvaient. Fray Tomás González a pris en photo cet inconnu, qui a commencé à l’insulter : « Fils de pute, je vais te briser en mille morceaux, saleté d’Indien, tu ne vaux rien. » Quelques instants après, un membre du personnel de la Commission nationale des droits humains a appelé Fray Tomás González sur son téléphone portable. Il a demandé à parler à l’inconnu mais celui-ci a refusé en déclarant que les droits (...)

Action terminée

Toutes les actions

Continuons à agir

Toutes les infos

Infos liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.