Écrire Etats-Unis. Une mineure condamnée à la réclusion a perpétuité dépose un recours en grâce ( Jacqueline Montanez)

AU 96/12, AMR 51/025/2012, 30 mars 2012 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 11 AVRIL 2012 À : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Le 11 avril, la Commission de révision de l’Illinois examinera la demande de recours en grâce déposée par Jacqueline Montanez, la seule femme de cet État qui purge une peine de détention à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle pour un crime commis alors qu’elle était mineure. Elle a passé plus de la moitié de sa vie derrière les barreaux. Jacqueline Montanez a été condamnée en 1993 pour deux meurtres commis en 1992, alors qu’elle était âgée de 15 ans. Elle a été condamnée à la réclusion à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle. Condamner une personne âgée de moins de 18 ans au moment du crime à une telle peine bafoue le droit international. Tout au long de son enfance, Jacqueline Montanez a été victime de violences physiques et sexuelles. À l’âge de neuf ans, la fillette a commencé à consommer de la drogue et de l’alcool et elle est entrée dans un gang de rue. Inculpée de meurtre avec circonstances aggravantes, elle a été automatiquement jugée par un tribunal pour adultes, et condamnée à la peine obligatoirement applicable selon la loi de l’Illinois, à savoir la réclusion à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle. Comme elle n’a pas été jugée par un tribunal pour enfants, il n’a pas été tenu compte de facteurs tels que son jeune âge, l’historique des violences vécues, son état de (...)

Action terminée

Toutes les actions

Continuons à agir

Toutes les infos

Infos liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse