3.2. Aperçu général des violences contre les femmes.

3. 2. Aperçu général des violences contre les femmes

De la naissance à la mort, en temps de paix comme en temps de guerre, les femmes sont confrontées à la discrimination et à la violence dont se rendent coupables les états, la société ou les familles.

o Une femme sur trois, au moins, a reçu des coups, subi des relations sexuelles imposées ou d’autres formes de mauvais traitements au cours de son existence. Ce chiffre provient d’une étude fondée sur 50 enquêtes menées de par le monde.

o Plus de 60 millions de femmes ont aujourd’hui "disparu" dans le monde en raison de la sélection prénatale selon le sexe et de l’infanticide des bébés de sexe féminin.

o Chaque année, des millions de femmes sont violées par leur compagnon, un proche, un ami ou un inconnu, par leur employeur ou un collègue, ou encore par des soldats ou des membres de groupes armés.

o Dans les pays industrialisés, les femmes entre 15 et 44 ans perdent un cinquième de leurs années en bonne santé à cause de ces violences. Le viol et la violence font perdre aux femmes plus d’années de vie que les cancers du sein et du col de l’utérus ou encore que le travail forcé, la guerre ou les accidents de la route.

o La violence au sein de la famille est un phénomène tragiquement banal dans le monde entier ;
la très grande majorité des victimes en sont des femmes et des filles. Aux États-Unis, par exemple, les femmes représentent près de 85 % des victimes des violences domestiques.
Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), environ 70 % des femmes victimes d’homicide ont été tuées par leur compagnon.

Elle revêt plusieurs aspects :
o les coups et blessures volontaires infligés par un compagnon, un père ou un frère ;
o les violences sexuelles infligées à des fillettes ou à des jeunes femmes par des membres de la famille au sein du foyer ;
o la violence liée à la pratique de la dot ;
o le viol conjugal ;
o les mutilations génitales féminines et les autres pratiques traditionnelles préjudiciables aux femmes ;

Elle recouvre également les violences subies par les employées de maison, y compris :
o la réclusion forcée ;
o les violences physiques ;
o les pratiques s’apparentant à l’esclavage ;
o les violences sexuelles.

La violence dans le milieu social

Elle comprend :
o le viol et les autres formes de violence sexuelle, le harcèlement sexuel sur le lieu de travail, dans les établissements d’enseignement et dans les autres lieux ;
o la traite des femmes ;
o la prostitution forcée ;
o le travail forcé ;
o le viol et les autres formes de violence sexuelle commises par des groupes armés.

La violence imputable à l’État

Elle comprend :
o les actes de violence commis ou tolérés par des policiers, des gardiens de prison, des militaires, des agents de la police des frontières ou des services de l’immigration ;
o les viols commis par les forces gouvernementales au cours de conflits armés ;
o la torture en détention ;
o les actes de violence infligés à des réfugiées par des fonctionnaires.