4.1. Les violences dans la famille.

4. LES VIOLENCES DANS LA FAMILLE

Mary est originaire de Nairobi, au Kenya. Elle a raconté à Amnesty International avoir été battue et violée de façon répétée par son mari, qui l’avait reçue en "héritage" de son frère, en 1993. Elle n’a jamais prévenu la police, estimant que rien ne sera entrepris car il s’agit d’une "affaire domestique".

La violence au sein de la famille se présente sous différentes formes - et va de l’agression physique (gifles, coups, coups de pied) à la violence psychologique (intimidation, infantilisation constante et humiliations, notamment sous forme de comportements de contrôle, par exemple en isolant une personne de sa famille et de ses amis, en contrôlant et restreignant ses mouvements et son accès à l’information ou à toute forme d’aide).
Pour de nombreuses femmes, le foyer n’est pas un refuge mais un lieu de terreur. Tous les jours, dans tous les pays du monde, des femmes et des fillettes sont victimes de coups et d’agressions sexuelles de la part de leur mari, de leur père ou d’autres membres de leur famille.

4.1) Violences familiales à travers le monde

Au moins une femme sur trois, c’est-à-dire près d’un milliard de femmes ont été battues, contraintes à des rapports sexuels ou victimes de violence sous une forme ou sous une autre au cours de leur vie. Habituellement l’auteur des violences est un membre de leur famille ou quelqu’un de leur connaissance (L.Heise, M. Ellsberg, M. Gottemoeller, 1999).
Jusqu’à 70 p. cent des femmes victimes de meurtre ont été tuées par leur partenaire homme (OMS 2002)
Au Kenya, plus d’une femme par semaine aurait été tuée par son partenaire homme (Joni Seager, 2003)
En Zambie, cinq femmes par semaine auraient été tuées par un partenaire homme ou un membre de leur famille (Joni Seager, 2003)
En Égypte, 35 p. cent des femmes auraient déclaré avoir été battues par leur mari au cours de leurs années de mariage (UNICEF 2000)
En Bolivie, 17 p. cent de toutes les femmes âgées de vingt ans et plus ont subi des violences physiques au cours des douze derniers mois (OMS 2002)
Au Canada, le coût de la violence au sein de la famille, calculé en incluant les soins médicaux et la perte de productivité, s’élève à 1,6 milliard de dollars par an (UNICEF 2000)
Aux États-Unis, une femme est battue par son mari ou partenaire toutes les quinze secondes (étude des Nations unies sur les femmes dans le monde, 2000)
Au Bangladesh, 50 p. cent de tous les meurtres commis sont ceux de femmes assassinées par leur partenaire (Joni Seager 2003)
En Nouvelle-Zélande, 20 p. cent des femmes ont déclaré avoir été frappées ou avoir été victimes de violences physiques par un partenaire homme (UNICEF 2000)
Au Pakistan, 42 p. cent des femmes acceptent la violence comme un fait de leur destin ; 33 p. cent se sentent impuissantes à réagir ; 19 p. cent ont protesté et 4 p. cent ont réagi en menant des actions (Étude gouvernementale au Punjab en 2001)
En Fédération de Russie, 36 000 femmes sont battues quotidiennement par leur mari ou partenaire, selon des organisations russes non-gouvernementales (OMCT 2003)

EUROPE (Union Européenne)

Au Portugal, 52,8 % des femmes déclarent avoir été l’objet de violences de la part de leur mari ou de leur concubin.
En Allemagne, trois femmes sont assassinées tous les quatre jours par les hommes avec lesquels elles vivaient, soit près de 300 par an.
Au Royaume-Uni, une femme est tuée dans les mêmes circonstances tous les trois jours.
En Espagne, une femme a été tuée tous les cinq jours par son partenaire homme en 2000 (Joni Seager, The Atlas of Women), près de 100 par an.
En France, à cause des agressions masculines domestiques, six femmes meurent chaque mois - une tous les cinq jours -, un tiers d’entre elles poignardées, un autre tiers abattues par arme à feu, 20 % étranglées et 10 % rouées de coups jusqu’à la mort...

Dans l’ensemble des quinze Etats de l’Union européenne (avant l’élargissement à vingt-cinq), plus de 600 femmes meurent chaque année - presque deux par jour ! - sous les brutalités sexistes dans le cercle familial.

Des pays “machistes” ?

On croit souvent que les pays “ machistes ” du sud de l’Europe sont plus violents envers les femmes que les Etats du nord. Ce n’est pas vraiment le cas. La Roumanie est le pays européen où la violence domestique contre les femmes est la plus grave : chaque année, en moyenne, pour chaque million de Roumaines, 12,62 sont tuées par leurs partenaires masculins. Mais, dans le sinistre palmarès des pays les plus féminicides, immédiatement après la Roumanie se situent des pays dans lesquels, paradoxalement, les droits des femmes sont les mieux respectés, comme la Finlande, où tous les ans, pour chaque million de Finlandaises, 8,65 femmes sont tuées dans le huis clos domestique, suivie par la Norvège (6,58), le Luxembourg (5,56), le Danemark (5,42) et la Suède (4,59), l’Italie, l’Espagne et l’Irlande occupant les dernières places.

Source : Ignacio RAMONET, Violences mâles, Le Monde Diplomatique, juillet 2004.
RECHERCHE (Mathématiques)

A l’aide des chiffres ci-dessus, retrouvez le nombre réel de femmes tuées par leur mari ou leur compagnon en cherchant la population féminine de chaque pays.

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.