Article 29

Article 29 :
RESPECT DES DROITS
DES AUTRES

 Bouddhisme : « Ne blesse pas les autres de manières que tu
trouverais toi-même blessante », Udana-Varga

 Christianisme : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même ».
Jésus de Nazareth

 Confucianisme : « Ce que tu ne souhaite pas pour toi, ne
l’étend pas aux autres », Confucius

 Hindouisme : « Ceci est la somme du devoir ; ne fais pas aux
autres ce que tu ne voudrais pas qu’ils te fasse », Mahabharata

 Islam : « Aucun d’entre vous ne croit vraiment tant qu’il n’aime
pas pour son frère ce qu’il aime pour lui-même », Muhammad

 Judaïsme : « Tu ne te vengeras pas, ou tu ne porteras aucun
grief contre les enfants de ton peuple, tu aimeras ton voisin
comme toi-même : Je suis le seigneur », extrait de la Torah.

On peut rapprocher l’article 29 de la DUDH de l’éthique de
réciprocité ou « règle d’or », cette morale fondamentale dont
le principe est trouvé dans pratiquement toutes les grandes
religions et cultures.
Cette règle n’impose pas un système de pensée particulier.
Elle implique la tolérance et l’universalisme (la règle s’applique
à tous les êtres humains et pas seulement au groupe
dont on fait partie). C’est sûrement la base essentielle pour
le concept moderne des droits humains.

Il y a 60 ans, Eleanor Roosevelt, veuve du président Franklin
D. Roosevelt, fut l’un des membres les plus actifs de la
commission des Nations unies chargée d’élaborer la Déclaration
universelle des droits de l’Homme. « Ces droits commencent
tout près de chez nous, dans les quartiers où nous vivons, dans
les usines, les fermes et les bureaux où nous travaillons, avait alors
déclaré cette grande Dame. Sans l’action concertée des citoyens
pour protéger ces droits près de chez eux, c’est en vain que nous
envisagerons leur progrès dans le reste du monde ».
« La Déclaration universelle des droits de l’homme a d’abord été l’initiative
de gouvernements. Aujourd’hui, c’est une entreprise commune pour tous
les habitants de la planète.
Tous les êtres humains ont des droits. Telle est l’essence même de notre
humanité. Cette condition nous impose le devoir de lutter, pas simplement
pour nos droits, mais également pour ceux des autres. Voilà l’esprit de la
solidarité internationale. Voilà ce que signifient réellement des droits
humains universels et indivisibles. »

Irène Khan, secrétaire générale d’Amnesty

Un cas

La violence contre les femmes ne passera
pas par moi !

En Europe, une femme sur cinq a été victime de violence
à un moment de sa vie. On ne peut à la fois se
dire en faveur des droits humains et se taire face à la
violence conjugale, sous prétexte qu’il s’agit d’un
phénomène lié à la vie privé, qui ne regarde que le couple
directement concerné. Il est important de mieux comprendre
et évaluer ce phénomène, et d’apprendre à chacun
comment y faire face et comment soutenir les victimes.
Signez votre engagement à lutter contre la violence faite
aux femmes, partout dans le monde et en Belgique.
Pour en savoir plus et pour signer :
Cliquez ici ->http://www.amnestyinternational.be/doc/article3624.html

La loi peut restreindre certaines libertés, uniquement pour
préserver l’intérêt général.
Concrètement, une réglementation apparemment restrictive
mais respectueuse des droits humains doit être mise en
place dans certaines circonstances. Elle peut porter sur la
liberté d’aller et venir (par ex. les règles de la circulation
automobile), le droit à l’intégrité physique (par ex. la vaccination
obligatoire) ou le droit à la sûreté (par ex. les
contrôles d’identité ou la détention provisoire.). En ce qui
concerne les violences conjugales, la justice devrait pouvoir
ordonner la mise à l’écart d’un homme violent, afin de préserver
la sécurité de sa femme ou de ses enfants.

Le monde est un village
Qu’on le veuille ou non, le monde est devenu un village
dont les habitants sont liés par un sort commun. Un pays
qui ne tiendrait pas compte de l’environnement international
est un pays qui se condamne lui-même : sans échanges
avec le reste du monde, il ne pourra échanger des ressources
essentielles pour sa survie (énergie, aliments, minerais,…).
Il se condamnerait aussi sur le plan culturel : l’histoire
nous apprend que les civilisations qui se referment sur elles-mêmes tendent à disparaître, au contraire de celles qui
ont entretenu des liens avec d’autres cultures, d’autres pays.
Autrement dit, on peut développer ses connaissances et ses compétences
grâce aux autres façons de voir le monde.
Avec le défi du réchauffement de la planète, cette interdépendance
entre les pays devient encore plus frappante : on ne peut
par exemple accepter une attitude égoïste telle que celle des
Etats-Unis sous l’Administration Bush, qui refuse d’envisager de
limiter ses émissions de gaz carbonique et de signer le protocole
de Kyoto, en se plaçant de dehors des règles internationales. Un
pays ne peut plus agir comme s’il était seul au monde, et gaspiller
ses ressources au détriment du reste de la planète.

Activité pédagogique

DÉBAT/RECHERCHE
(FRANÇAIS, MORALE,
RELIGION, SCIENCES
SOCIALES)

 Trouvez d’autres exemples qui montrent
que le monde est devenu un village.

 En quoi cela peut-il influencer notre vie
de tous les jours ?

 Comment faire en sorte que les ressources
soient réparties plus équitablement
entre les pays ?

Tu as des droits mais aussi
des devoirs envers la société.

Si la solidarité est nécessaire entre les
pays, elle l’est aussi au sein d’une même
société. Par exemple, la Déclaration universelle
considère que les droits sont
accompagnés d’une responsabilité : on ne
peut agir qu’en fonction de ses propres
droits, on doit également tenir compte des
droits des autres. Ainsi, si tu veux
construire une maison, tu dois accepter
certaines règles et voir si ta maison ne va
gêner des voisins ou ne va pas à l’encontre
de l’intérêt général. Tu ne peux pas non
plus rouler sur la route comme si tu étais
tout seul : tu dois respecter des règles
pour que chaque personne puisse circuler
sans mettre en danger les autres.

RECHERCHE

Cherchez plus d’informations sur des initiatives
tendant à responsabiliser les
citoyens pour qu’ils adoptent un comportement
plus respectueux de l’environnement
ou de la société en général.

 les voitures partagées (ou « car sharing »).

 les réseaux de partages de savoir

 la vie en communauté

 la consommation durable et équitable…