Chine

Ye Guozhu, condamné à quatre ans de prison.

Ye Guozhu, défenseur du droit au logement, a été
condamné à quatre années de prison pour avoir protesté
pacifiquement contre la démolition de la maison
de sa famille et de ses deux restaurants. Accusé de « troubler
l’ordre public », Ye Guozhu avait déjà été arrêté en août 2004
après avoir demandé la permission d’organiser une manifestation
de masse contre les expulsions forcées et les compensations
de saisie inadéquates.

En Chine, les expulsions forcées sont devenues monnaie
courante alors que les autorités chinoises cherchent à raser
d’innombrables immeubles en vue des Jeux Olympiques de
Beijing. Les responsables du projet de construction du
Centre Olympique ont déclaré qu’au moins 6 000 familles
subissaient des dommages dus aux préparatifs des Jeux ;
mais les Organisations Non-Gouvernemenales estiment le
nombre des victimes à un chiffre bien supérieur.
Beaucoup ont été expulsées sans que les procédures
de protection ne soient entièrement suivies et sans
avoir été dédommagées en conséquence. Les expulsions
forcées –qui ne sont pas soumises à un régime de protection
légale adéquate- sont une violation des droits humains, dont
le droit à un logement décent prévu par la le Pacte international
relatif aux droits économiques, sociaux et culturels,
que la Chine a ratifié.

Amnesty International considère Ye Guozhu comme un
prisonnier d’opinion, emprisonné pour la seule raison
d’avoir exprimé ses convictions d’une manière pacifique.
Amnesty appelle à sa libération immédiate et inconditionnelle,
et demande au gouvernement chinois de mettre un
terme à la pratique des expulsions forcées, expulsions
menées sans une entière protection procédurale, sans que le
gouvernement n’ait pris de disposition de relogement pour
plus démunis et sans dédommagement adéquate pour les
dégâts occasionnés.

D’après Amnesty International, <http://www.amnestyusa.
org/action/...
>

Harry Wu


« Mon histoire n’est qu’une brique du grand mur du Laogaï.
J’ai enlevé cette brique pour que vous puissiez voir ce qui
se passe dans le Laogaï chinois. »

Harry Wu est un ancien prisonnier
politique qui a passé 19 ans au
Laogaï (les « Goulags » chinois, véritables
camps de travail forcé). Il était
déterminé à survivre à la dure peine
qu’il purgeait pour avoir exercer son
doit d’expression lorsque, étudiant, il
avait critiqué l’invasion soviétique de la Hongrie en 1956. A
sa remise en liberté en 1979, il fut invité à Berkeley.
En 1991, il repartit en Chine avec sa femme, muni d’une
caméra cachée, afin de recueillir d’avantage d’information
sur la précarité des conditions de vie au Laogaï.
Depuis, il lutte pour que le monde prenne conscience des
conditions dans lesquelles vivent les prisonniers des camps
de travail chinois. Il a aidé à la réalisation de nombreux documentaires
télévisés largement télédiffusés.
Il continue de se battre pour l’avancement des droits
humains dans son pays, en en dénonçant les atteintes dans le
Logaï et en prenant position contre la vente d’organes ou autres
violations de normes internationales.
Harry Wu est le fondateur et le directeur de la Laogaï Research
Foundation à Milpitas, en Californie.

D’après la Martin Ennals Foundation, http://www.martinennalsaward.
org/...


INFORMATIONS GENERALES

De 1949 à 1979, la Chine, alors le pays le plus peuplé
du monde, a ignoré le reste de l’humanité.
Aujourd’hui, elle se montre sous un jour nouveau :
économie de marché, musique et fast-foods « à l’occidentale ». La
Chine, aussi appelée l’ « Empire du Milieu », est héritière
d’une civilisation très ancienne. Elle est influencée par plusieurs
religions et philosophies, surtout le confucianisme (pensée
de Confucius), mais aussi le bouddhisme, le taoïsme et l’islam.
En 2001, Pékin fut choisie pour accueillir les Jeux Olympiques
de 2008. La libéralisation économique n’a pas effacé,
bien au contraire, les inégalités sociales : 40 % des richesses
sont détenues par 1 % de la population. La Chine se divise entre
l’Est, plutôt riche –les mégapoles de Pékin et de Shangaï-, et
l’Ouest, beaucoup plus pauvre -les régions autonomes du Xinjiang
et du Tibet. Dans les campagnes, la vie n’a pas foncièrement
changé et les
problèmes sont toujours
les mêmes :
extrême pauvreté,
difficulté à
contrôler les naissances,
racisme à
l’égard des minorités
culturelles
ou religieuses,
corruption.
Le problème
de Taïwan,
une île chinoise qui
s’est déclarée indépendante,
reste une
obsession des autorités communistes qui souhaitent récupérer
ce morceau de leur territoire historique, par la force s’il le faut.

DROITS HUMAINS

Des dizaines de milliers de personnes sont détenues et doivent
subir la torture ou d’autres mauvais traitements. Plusieurs
milliers de personnes ont été condamnées à mort ou
exécutées. Le Chine détient le triste record mondial
de recours à la peine de mort. Celle-ci est appliqué
de façon arbitraire, parfois en raison d’ingérences politiques.
Des personnes ont été exécutées pour des infractions
à la législation sur les stupéfiants et pour des
crimes de sang, mais aussi pour des infractions ne relevant pas
de la criminalité violente, telles que la fraude fiscale et les
détournements de fonds. De plus, un trafic d’organes s’est développé
avec les cadavres des condamnés à mort. Fin 2005,
Amnesty a recensé au moins 3 900 condamnations à la peine
capitale et au moins 1 770 exécutions, mais tout porte à croire
que ces chiffres sont bien en deçà de la réalité.

Les autorités ont souvent recours à la force face à une agitation
sociale croissante. Elles invoquent des atteintes à la
sûreté de l’État, définies en des termes vagues, pour emprisonner
des militants, notamment des avocats, des plaignants et des
défenseurs du droit au logement. Elles ont pris de nouvelles
mesures de répression contre les médias et renforcé les
contrôles sur Internet. Dans la région autonome ouïghoure du
Xinjiang, la Chine poursuit sa sévère politique de répression
envers les Ouïghours au nom de la « guerre contre le terrorisme ».
Au Tibet, comme dans d’autres régions à population tibétaine,
les libertés d’expression et de religion restent très limitées.

Pour plus d’information, se référer au Rapport 2006 d’Amnesty
International, disponible sur :
http://web.amnesty.org/report2006/c...


PISTES PÉDAGOGIQUES

 La Chine accueille les prochains Jeux Olympiques.
Interrogez les élèves sur le rôle que le sport peut jouer
dans la circulation des valeurs
et le rapprochement des cultures
(universalité des sports, égalité des sportifs, communion
des populations grâce à une passion commune etc).
Présentez également des dérives sportives et les risques sociaux qui
en découlent (nationalisme sportif, hooligans, culte de la
compétition, individualisme, etc).

Débat : Que pensez-vous du choix de la Chine comme pays
organisateur des prochains jeux olympiques ? (Pour : force la
Chine à s’ouvrir, permettra au monde entier de constater les
atteintes aux droits humains perpétrés par les autorités chinoises,
etc. Contre : la Chine n’est pas un pays modèle et ne
devrait donc pas être investi d’une mission aussi symbolique
que la préparation des Jeux, multiplie les risques de violation
(expropriations), etc.)

 Étudier la construction de la Chine moderne, afin d’introduire
la thématique des minorités chinoises.

 Initiation aux « philosophies » orientales (confucianisme,
taoïsme, bouddhisme, etc.) .

 Projection et étude de films sur la Chine. Exemples :
Epouses et Concubines ou Not one less de Zhang Yimou sur la place
de la femme et de l’éducation dans la société traditionnelle
chinoise.

 Réaliser un exposé sur l’annexion du Tibet par la Chine.
Lire et étudier Birgit van de Wijer, Exode d’enfants du Tibet, disponible
(commande) à partir de :
<http://www.childexodus.org/fr/index...>.
Cet ouvrage traite de l’immigration des enfants tibétains vers le Népal et
l’Inde, ceux-ci fuyant la politique d’acculturation mise en
place par les autorités chinoises.

 Faites traduire cette chanson écrite par un dissident
chinois.
Faites en même temps une recherche sur les événements
de la place Tiananmen,
en juin 1989, lorsque l’armée
chinoise a réprimé les manifestations étudiantes.

CHANSON POUR LES ETUDIANTS DE TIANANMEN

To the Students at Tiananmen
BY WANG YU

From the time you gathered at Tiananmen

Our daylight dissolved into your midnight

To become a white night enmeshed in nightmares

As twilight descended upon your shoulders

Dawn’s light slowly ascended

Our terrified eyes

Irrepressible cries of horror

As yet another white night arrived

We lived in

A nightmare between

The eastern and western hemispheres

Between one night and the next and one dream and the next

The direction shifted

And crisis concealed itself beside you

From the first it was a group of you

Betraying yourselves

Beware !

Youth of China

History bowed its head in shame

The badge of revolution rusted

And warped

A thief’s cunning

A butcher’s treachery

Exhausted

We glued our eyes to the news

On the glittering screen

In the newspaper

We joined our hearts to your bodies

The white night scorched us

At some unknown time

The troops appeared

And shouted with rage—

Your echo

Resounded across the globe

You were our hope

China’s future

In the heart of the motherland

With youth you attacked

Withered arteries

And transplanted them with living

Democracy and freedom

In May 1989

The world watched you in hope

Youth of China

As you shed your light on the darkness

And lit a lantern in the heart of the motherland

Where darkness transited into white night

Hope battled despair

Blind to the tanks

Blind to recklessness

Have no fear that someone will oppose the future

An eternally unobstructable willpower

Is passed from one generation to the next

Youth of China

Marching heroically toward

The breach of dawn.

Composed June 3, 1989

Published June 24, 1989 in Wen Wui Po (Hong Kong)

Translated by Stacy Mosher
>

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.