4.8. LA RÉÉDUCATION PAR LE TRAVAIL

« Mon histoire n’est qu’une brique du grand mur
du Laogaï. J’ai enlevé cette brique pour que vous
puissiez voir ce qui se passe dans le Laogaï
chinois. »

Harry Wu

Harry Wu est un ancien prisonnier politique
qui a passé 19 ans au Laogaï (les
« Goulags » chinois, véritables camps de
travail forcé). Il était déterminé à survivre à
la dure peine qu’il purgeait pour avoir
exercer son doit d’expression lorsque,
étudiant, il avait critiqué l’invasion soviétique
de la Hongrie en 1956. A sa remise en
liberté en 1979, il fut invité à Berkeley. En
1991, il repartit en Chine avec sa femme,
muni d’une caméra cachée, afin de
recueillir d’avantage d’information sur la
précarité des conditions de vie au Laogaï.
Depuis, il lutte pour que le monde prenne
conscience des conditions dans lesquelles
vivent les prisonniers des camps de travail
chinois. Il a aidé à la réalisation de
nombreux documentaires télévisés largement
télédiffusés. Il continue de se battre
pour l’avancement des droits humains
dans son pays, en en dénonçant les
atteintes dans le Logaï et en prenant position
contre la vente d’organes ou autres
violations de normes internationales.
Harry Wu est le fondateur et le directeur
de la Laogaï Research Foundation à
Milpitas, en Californie.

Pour en savoir plus : Harry Wu, Vents
amères, éditions Bleu de Chine (témoignage)

Entretien avec Harry Wu : « Le Laogai
chinois est pire que le goulag ». Pour lire l’article, cliquez ici


RECHERCHE

Trouver dans l’histoire du XX° siècle d’autres
exemples de pays qui ont mis en place des camps
de travail forcé : URSS, Allemagne Nazie,...

En Belgique aussi, le camp de Breendonk
installé par les nazis était un camp de
travail forcé. Vous pouvez visiter le camp
avec votre classe, ou proposer à votre classe
de trouver des témoignages des survivants...

Pour en savoir plus, voir le dossier pédagogique
disponible gratuitement chez Démocratie
ou Barbarie : Le Fort de Breendonk.
Le camp de la terreur nazie en Belgique
pendant la Deuxième Guerre mondiale,
Dossier pédagogique, DOB, 3è édit.,
Bruxelles, Racine, 2006.

EXPOSÉ

La « rééducation par le travail » est utilisée
en Chine depuis le milieu des années 50.
Les personnes soumises à cette forme de
détention extrajudiciaire n’ont pas le droit
de consulter un avocat, elles ne sont pas
déférées devant un tribunal et la police
détermine généralement seule la durée de
leur « peine ». Dans le système actuel, toute
détention dans un établissement de « rééducation
par le travail » peut atteindre quatre
ans.

Les individus placés en « rééducation par le
travail » courent de grands risques d’être
battus ou victimes d’autres tortures et
mauvais traitements, en particulier s’ils
refusent de reconnaître leur « crime ».
Demandez à un petit groupe d’élèves de
présenter un exposé à la classe portant sur
ces camps de travail et d’illustrer leur
présentation par des cas de détenus.
Débat : produits « made in laogai »
Selon certaines sources, des multinationales
font fabriquer leurs produits par les
prisonniers des laogai chinois. Que pensezvous
de cette pratique ? Est-il moralement
acceptable de vendre un produit fabriqué
par des prisonniers ? Que pensez-vous de
l’argument chinois, qui considère qu’il
s’agit d’une bonne façon de réhabiliter les
criminels et de les faire participer au
travail et à la production, créant ainsi de la
richesse pour la société ?

POUR EN SAVOIR PLUS

Le coût élevé des laogai en Chine : reportage
sur l’utilisation du travail forcé au
service de l’économie chinoise et même de
certaines multinationales.

Pour lire l’article, cliquez ici

« Le soutien financier des firmes occidentales, l’encouragement
des gouvernements aux échanges
commerciaux, la Banque mondiale qui continue
de financer de grands travaux au Xinjiang en
sachant très bien qu’elle finance aussi des camps
de travail renforcent un système pénitentiaire lié
au commerce extérieur chinois. » (La Vie, 30
janvier 1997)

TÉMOIGNAGES

- Prisonnier de Mao de Jean
Pasqualini (Coll.
Témoins, éd. Gallimard,
1974) : témoignage d’un
fils d’un Corse et d’une
Chinoise, qui raconte ses
sept années dans un
camp de travail et la
rééducation idéologique qu’il y a subie.

FILMS

- Balzac et la
petite tailleuse
chinoise

Luo et
Ma arrivent
sur le somptueux
site de
la Montagne
du Phénix en
Chine
centrale. La
Révolution
culturelle les
a arrachés à leurs études et à leurs
familles, et ils vont devoir faire leur
rééducation et se purger de leurs
valeurs bourgeoises dans ce lieu reculé
dont la beauté leur est indifférente.
Travail aux champs, inconfort, autorité
du chef du village,... ils se retrouvent
ainsi dans un désert culturel où seule
une valise pleine de livres interdits va
leur apparaître comme un don du ciel.
Dai met en scène son roman autobiographique,
best-seller mondial, une oeuvre
simple, émouvante et chaleureuse.

- Shanghai 1976

Ce film fut réalisé par Xu
Xueyang raconte l’histoire d’un pasteur
qui se retrouve en camp de travail pour
ses idées, mais qui persiste à rester libre.
C’est une belle allégorie sur la condition
des hommes dans les systèmes politiques
concentrationnaires.

Ces films sont disponibles à la médiathèque.