II.6) LES IMPACTS SUR L’ENVIRONNEMENT

Le fulgurant progrès économique a un
prix : la Chine est le deuxième consommateur
de pétrole et également le premier
producteur et premier consommateur
mondial de charbon, l’une des sources
d’énergie les plus polluantes. Le pays vient
de dépasser les Etats-Unis pour devenir le
premier émetteur de gaz carboniques au
monde.

30% du territoire chinois souffre des pluies
acides.

Sur les 20 métropoles les plus polluées du
monde, 16 se trouvent en Chine. Selon les
autorités chinoises, les deux tiers des 595
villes chinoises ont un air irrespirable.

La construction du barrage des Trois
Gorges
, s’il permettra sans doute à la Chine
de s’alimenter en électricité sans utiliser
du pétrole, grand polluant, présente cependant
de nombreux inconvénients
écologiques :

 Sédimentation rapide du réservoir, ce
qui paralyserait le fonctionnement du
barrage
 Inondation de 600 km2 de terres agricoles
et de forêts
 Importants changements dans la faune
et la flore

 Érosion

Le plateau tibétain se transforme en désert
sous l’effet du réchauffement climatique,
tandis que les sites nucléaires provoquent
de graves maladies dans la population
(pour plus d’informations, voir le chapitre
sur le Tibet I.11).

Selon Jean-François Huchet, directeur du
Centre d’études français sur la Chine
contemporaine et de la revue « Perspectives
chinoises », la question de l’environnement
est capitale.

« L’eau et la qualité de l’air sont
gravement dégradées. La pollution affecte l’environnement
petit à petit ; si rien n’est fait, ses
effets pourraient peser sur la croissance. La désertification
galopante, la baisse des rendements
agricoles et des ressources en eau représentent de
grands défis. Certaines régions abritent déjà des
« réfugiés écologiques » : ils ont fui leur foyer par
manque d’eau. Il existe des solutions techniques,
mais il faudra les rendre viables sur le plan
économique, ce qui n’est pas le cas des scénarios
envisagés aujourd’hui. Pour l’instant le Parti est
parvenu à isoler chaque mouvement de contestation,
en usant de la carotte et du bâton, afin que
ces conflits restent locaux. »

La Chine, 1er pollueur au monde

La Chine a déjà rattrapé les Etats-Unis au
rang du plus grand producteur de dioxyde
de carbone. Ce développement va susciter
encore plus d’inquiétude sur l’influence de
la Chine sur le réchauffement climatique.
Selon des chiffres publiés par l’Agence
d’Évaluation Environnementale des Pays-
Bas, la demande croissante du charbon
pour produire de l’électricité ainsi qu’une
augmentation dans la production de
ciment ont élevé le niveau d’émissions
enregistrées en Chine en 2006.

La production de ciment, qui requiert des
très grandes quantités d’énergie, compte
pour approximativement 4% de la production
globale de CO2 d’utilisation de
combustible. L’industrie du ciment de
Chine, qui produit environ 44% de la
réserve du monde fournie presque 9% des
émissions du CO2 de Chine.

Au début du mois de juin 2007, la Chine a
dévoilé son premier plan national sur le
changement climatique, qui prévoit de
réduire la consommation d’énergie par
unité de produit intérieur brut de 20%
avant 2010 et d’augmenter la part d’énergie
renouvelable d’environ 10%. Autre mesure
envisagée : recouvrir 20% de la terre du
pays de forêt, grâce à une politique de
reboisement.
Mais la Chine, comme les Etats-Unis, refuse
pour l’instant de signer le protocole de
Kyoto, et rejette toute réduction chiffrée
d’émissions de CO2. (7)

Le rapport qui embarrasse Pékin

Les autorités chinoises ont obtenu le retrait
partiel d’un rapport de la Banque mondiale
sur la pollution, faisant état de 750 000
morts prématurées qui surviennent chaque
année dans le pays. C’est ce que révèle le
Financial Times.
Pékin a manoeuvré pour obtenir le retrait
de près du tiers d‘un rapport de la Banque
mondiale sur la pollution en Chine. Les
autorités chinoises craignaient en effet que
certaines révélations ne provoquent des
tensions sociales. Selon le document, fruit
d’une coopération de plusieurs années avec
des ministères chinois, environ 750 000
personnes décèdent prématurément
chaque année dans le pays, principalement
à en raison la pollution atmosphérique
dans les grandes villes.

L’Agence chinoise pour la protection de
l’environnement et le ministère de la Santé
ont demandé à la Banque mondiale de
supprimer les chiffres sur les coûts
humains de la pollution d’une première
version du rapport achevée l’année
dernière, ont fait savoir des conseillers de
la Banque et des responsables chinois. (…)
Sur les vingt métropoles les plus polluées
du monde, seize se trouvent en Chine,
concluait déjà une enquête précédente de
la Banque mondiale. Selon Guo Xiaomin,
un ancien responsable de l’Agence pour
l’environnement, aujourd’hui à la retraite,
qui a coordonné les travaux de l’équipe
chinoise de chercheurs, l’omission de
certaines données dans le rapport sur la
pollution s’explique par les doutes sur la
fiabilité de la méthodologie employée. De
plus, ajoute-t-il, ces informations « risquent
de créer des malentendus […] ».(8)

Le gouvernement chinois a par la suite nié
avoir fait pression sur la Banque Mondiale
pour gommer certains aspects du rapport
sur la pollution.

La pollution en Chine provoque de plus
en plus de révoltes

Le Chef du département de l’environnement
en Chine, Zhou Shengxian, pointedu doigt les responsables politiques locaux
qui ignorent les normes environnementales,
ce qui cause de plus en plus de colère
dans la population. Cette colère est
alimentée par les confiscations injustes de
terres et par la peur des effets de la pollution
sur la santé.

Le Conseil d’Etat a renforcé la loi contre la
pollution de l’eau, mais les patrons
d’usines sont souvent protégés par les
politiciens locaux, qui veulent pouvoir
garder les emplois chez eux ou qui sont
corrompus et ferment les yeux. Certaines
usines vont jusqu’à construire des
pipelines en secret afin de déverser leurs
déchets dans les rivières !

Pollution et J.O.

Le Comité international olympique (CIO)
est préoccupé. En visite à Pékin, Hein
Verbruggen, le président de la commission
de coordination du CIO, a demandé aux
organisateurs des Jeux de 2008 que les
plans d’urgence en matière de lutte contre
la pollution puissent entrer en vigueur dès
cette année. Selon le département de la
circulation de la ville, la capitale chinoise
et ses plus de 13 millions d’habitants dépassaient
les 2,99 millions de véhicules, dont
2,18 millions de voitures individuelles. « Ces
plans d’urgence et leurs effets doivent être évalués
dès cette année afin que nous sachions s’ils garantiront
une qualité de l’air qui puisse autoriser les
athlètes à atteindre le niveau de performance
espéré aux Jeux »
, a déclaré Hein Verbruggen.

Les autorités chinoises envisagent d’imposer
à certaines usines dont la pollution
arrive jusqu’à Pékin d’arrêter de fonctionner
durant la durée des J.O. Mais les
responsables politiques régionaux n’entendent
pas si facilement accepter de fermer
des usines, alors que les revenus engendrés
par les J.O. profiteront surtout à la capitale.

Pour en savoir plus
sur l’environnement en Chine :

Articles / Essais

Voir le dossier sur les pays émergeants
de la revue Enjeux Internationaux n°15,
janvier 2007. Voir les articles « Chine et
Inde. La ruée vers le pétrole », par François
Lafargue, « Chine - Apocalypse écologique ou
révolution verte ? » par Jonathon Porritt,

 Le combat du Chinois Wu Lihong contre les
pollueurs du lac Taihu (Le Monde du 11
juillet 2007). Le troisième plus grand lac
de Chine est asphyxié par des rejets
industriels sauvages. Le militant écologiste
qui les dénonce depuis dix ans a
été emprisonné en avril 2007.

 Chine – Le nouveau centre du Monde ? de
Catherine Coulomb, éd. L’Aube. Voir les
chapitres « La soif de pétrole de Pékin » et « La
boulimie chinoise en matières premières ».

Vidéo

 La Chine parmi les pires pollueurs au
monde (BBC News)
CLIQUEZ ICI

 Reportage sur la pollution de l’air en
Chine (BBC News)
CLIQUEZ ICI

 La Chine prévoit la construction
villes écologiques. CLIQUEZ ICI

Sites internet

Greenpeace : www.greenpeace.org

Articles de l’Agence de
Chine Nouvelle sur l’environnement. CLIQUEZ ICI

(1) Citation parue dans Le Vif-L’Express n°32, 10 août 2007).

(2) China Rights Forum, n°3, 2005.]

(3) À Pékin, les dirigeants craignent pour leur pouvoir, Le Vif-L’Express n°32, 10 août 2007.

(4) Pour plus d’informations concernant Han Dongfang, vous pouvez consulter l’article
Lech Walesa des Chinois » paru dans Le Monde du 16 mai 2007.

(5) Cai Chongguo, « Chine : l’envers de la puissance » p. 65

(6)http://chine.blogs.liberation.fr/pe...

(7) La Chine dépasse les USA comme premier émetteur de C02, The Guardian, 20 juin. CLIQUEZ ICI

(8) Courrier International, 3/07/07

(9) The Guardian, « La Chine attribue les tensions sociales à la pollution », 6/07/07. CLIQUEZ ICI

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse