I.5.1.1. En Allemagne

« Quand ils sont venus chercher les Communistes JE N’AI RIEN DIT je n’étais pas communiste
Quand ils sont venus chercher les syndicalistes JE N’AI RIEN DIT je n’étais pas syndicaliste
Quand ils sont venus chercher les Juifs JE N’AI RIEN DIT je n’étais pas Juif
Quand ils sont venus chercher les catholiques JE N’AI RIEN DIT je n’étais pas Catholique
Puis ils sont venus me chercher et il ne restait plus personne pour protester ».

Poème écrit à Dachau, attribué au pasteur Martin Niemöller

Le génocide juif
Ce génocide fut commis par l’Etat nazi durant la seconde guerre mondiale, de 1941 à 1945. Près de 6 millions de Juifs
(5 700 000 d’après l’estimation du tribunal de Nuremberg) - soit les deux tiers des Juifs d’Europe, hommes, femmes et enfants - furent assassinés durant cette période pour des raisons racistes. C’est en 1925 qu’Adolf Hitler sort le premier volume de son livre « Mein Kampf », où il dénonce la connivence entre la « juiverie », le capitalisme et le marxisme qui chercherait à dégrader la pureté de la « race » aryenne. Selon lui, toutes les réalisations de l’humanité sont l’œuvre de la « race » aryenne. Celle-ci doit retrouver sa pureté en éliminant les éléments qui ont cherché à la corrompre, surtout le juif, responsable de la défaite de l’Allemagne lors de la première guerre mondiale.
En 1933, une fois le parti nazi installé démocratiquement au pouvoir, une loi est votée, décrétant la stérilisation des personnes atteintes de maladies héréditaires parmi lesquelles sont classées les personnes de couleur.
En 1935, une loi fait la distinction entre les citoyens juifs et les citoyens du Reich, elle interdit les mariages et rapports extraconjugaux entre ceux-ci.
L’extermination des Juifs fit l’objet d’un programme politique nommé « Endlösung » (la solution finale) appliqué systématiquement en Allemagne et dans tous les pays alliés ou occupés.
Deux mots sont le plus fréquemment utilisés pour désigner le génocide juif : l’Holocauste et la Shoah. Le terme Holocauste (du grec : « brûlé tout entier »), traduction du mot hébreu olah qui désigne « ce qui est offert en sacrifice », a été utilisé dès les années cinquante par la communauté juive. Il est toujours utilisé aux Etats Unis. En France, il a été généralement remplacé depuis 1991 par le mot Shoah, titre d’un film de Claude Lanzmann. Shoah est un mot hébreu qui signifie catastrophe et aussi destruction.39
Films

  « La Liste de Schindler » de Steven Spielberg.

  « La vita è bella » de Roberto Benigni

  « Shoah » de Lanzmann
Bibliographies

  Le journal d’Anne Franck

  La bande dessinée MAUS. Son auteur, Art Spiegelman y raconte le passé et le présent de son père, prisonnier des camps de concentrations pendant la seconde guerre mondiale. Dans MAUS, les Juifs sont des souris, les Allemands sont des chats, les Polonais des cochons et les Américains des chiens.
Le génocide tzigane
Différents groupes ont été victimes du nazisme (malades mentaux, prisonniers politiques, communistes, homosexuels, Témoins de Jéhovah). Mais seuls les Juifs et les Tziganes, considérés comme « génétiquement infectés », ont été programmés pour la destruction sur des bases raciales.
De 1939 à 1944, le génocide tzigane s’étend de l’Allemagne à toute l’Europe. Différentes statistiques font état de
200 000 à 500 000 morts, soit entre le quart et le tiers des Tziganes d’Europe.
Après la guerre, les principaux criminels nazis durent répondre de leurs actes, même si la justice fut parfois lente et si certains réussirent à lui échapper. Les deux procès les plus importants furent le procès de Nuremberg qui se déroula d’octobre 1945 à octobre 1946 devant un tribunal militaire international et le procès Eichmann qui se tint à Jérusalem en 1961.39
Recherche

  Qui était Eichmann ?

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.