II.3. Réfugiés et immigrés :


« Il n’existe pas de plus grande douleur au monde que la perte de sa terre natale »
Euripide, 431 avant J-C
GLOSSAIRE
Apatride : c’est une personne qu’aucun État ne considère comme son ressortissant par application de sa législation (Convention de 1954 relative au statut des apatrides). Un apatride peut être un réfugié s’il a été contraint de quitter le pays où il résidait habituellement en raison de persécutions.
Asile : selon la Déclaration universelle des droits de l’Homme, « devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays ». toutefois le doit d’accorder l’asile reste pour l’instant la prérogative des États.
Migrant : une personne qui se déplace d’un lieu vers un autre. En tant qu’êtres humains, les migrants jouissent de droits humains tels que le droit à la vie, à la liberté, celui d’être protégé contre la détention arbitraire et la torture, et le droit à un niveau de vie décent. Il existe en outre des normes juridiques internationales spécifiques aux droits des travailleurs migrants.
Migrant économique : c’est une personne qui quitte son pays de son plein gré dans le seul dessein de trouver ailleurs des conditions de vie meilleures. Le migrant économique est dans bien des cas (lorsqu’il s’agit de migrations du Sud vers le Nord) victime de trafiquants qui lui ont fait miroiter un bel avenir et ont exigé de lui beaucoup d’argent pour l’y conduire.
Réfugié : personne qui se trouve hors de son pays d’origine et qui risque réellement d’être victime de graves atteintes à ses droits fondamentaux à cause de ce qu’elle est ou de ce qu’elle croit. Cette personne ne peut ou ne veut pas retourner dans son pays parce que son gouvernement ne peut ou ne veut pas assurer sa protection.
Déplacé interne : comme les réfugiés, une personne déplacée part à cause de problèmes tels que la guerre, l’épuration ethnique, la persécution religieuse, etc mais à la différence du réfugié, le déplacé interne n’a pas franchi de frontière internationale. C’est donc une personne qui a fui une région d’un pays pour se rendre dans une autre.
Émigration : action d’émigrer ; ensemble des émigrés.
Émigrer : quitter son pays pour s’établir dans un autre pays.
Xénophobie : hostilité à ce qui est étranger. Cette hostilité peut se traduire par quatre types de sentiments :
n la crainte, parce que ce qui vient d’ailleurs est chargé d’incertitude, de puissance magique associée au malheur ou à la mort ;
n le ressentiment, quand l’étranger est perçu comme celui qui vient prendre ce qui est à nous ou pour nous (prendre nos emplois, nos femmes, faire fructifier son argent à nos dépens) ;
n le mépris, quand les membres de la communauté sont à leurs propres yeux les seuls vrais hommes ;
n la haine, parce qu’on a appris à considérer l’étranger comme l’ennemi qu’il faut abattre, réduire à l’esclavage ou au mieux, exploiter économiquement.

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.