III.1.4. Le débat aux Pays-Bas

Longtemps présenté comme un des pays les plus tolérants à l’égard des étrangers, les Pays-Bas connaissent le même débat qu’en Grande-Bretagne, suite au choc de deux assassinats : celui de Pim Fortuyn, un homme politique très populaire mais aussi populiste, voire raciste à l’égard des musulmans, et celui du réalisateur Theo Van Gogh, très proche de Pim Fortuyn.
Le gouvernement n’a pas tardé à réagir : la coalition de centre- droit veut opérer un changement radical de politique vis-à-vis des 1,7 million d’étrangers résidant aux Pays-Bas.
Des mesures prévoyaient l’expulsion de 26000 demandeurs d’asile et la mise au pas de quelque 750000 personnes d’origine étrangère obligées de s’intégrer en suivant des cours de langue et de culture néerlandaises... Ces mesures ont finalement été revues à la baisse, suite notamment aux critiques du commissaire européen de la Justice, Franco Frattini, qui s’est inquiété du durcissement des mesures concernant le regroupement familial. Avant l’intervention des instances européennes, le Conseil d’État néerlandais avait déjà fustigé le caractère discriminatoire d’une partie de ces mesures fondées sur l’origine et le pays de naissance des personnes visées.
Mais d’autres mesures tendent à imposer un contrôle de plus en plus strict des communautés immigrées, surtout musulmanes.

Un professeur de la VUB condamné à mort

Le Dr Ahmadreza Djalali, un citoyen iranien résidant en Suède et professeur invité à la VUB en Belgique, a été condamné à mort : demandez sa libération, signez la pétition !