Article 3 : Droit à l’intégrité de la personne

Article 3
Droit à l’intégrité de la personne
1. Toute personne a droit à son intégrité physique et mentale.
2. Dans le cadre de la médecine et de la biologie, doivent notamment être respectés :
• le consentement libre et éclairé de la personne concernée, selon les modalités définies par la loi,
• l’interdiction des pratiques eugéniques, notamment celles qui ont pour but la sélection des personnes,
• l’interdiction de faire du corps humain et de ses parties, en tant que tels, une source de profit,
• l’interdiction du clonage reproductif des êtres humains.


Ce qui donne à un individu sa valeur génétique, ce n’est pas la qualité propre de ses gènes. C’est qu’il n’a pas la même collection de gènes que les autres.
François Gros et François Jacob, Extrait des Sciences de la vie et société

Interdiction des pratiques eugéniques


 Eugénisme : science qui étudie et met en œuvre les méthodes susceptibles d’améliorer les caractères propres des populations humaines, essentiellement fondée sur les connaissances acquises en hérédité. (Le Petit Robert)

 Cette interdiction de l’eugénisme vise les hypothèses dans lesquelles des programmes de sélection sont organisés et mis en œuvre, comportant par exemple des campagnes de stérilisation, de grossesses forcées, de mariages ethniques obligatoires… tous actes qui sont considérés comme des crimes internationaux par le statut de la Cour pénale internationale adopté à Rome le 17 juillet 1998.

Questions
Les Nazis avaient déjà envisagé des expériences eugéniques. Dans quel but ?
Des pratiques eugéniques eurent lieu en Suède dans les années 195O. Quelles étaient les populations visées ?

Clonage humain, phantasme ou réalité ?

Clonage humain : premières tentatives farfelues (Journal parlé de la RTBF, 06/08/2001)
En pleine controverse sur le clonage humain, un embryologiste italien annonce qu’il va lancer, en novembre prochain, une première tentative mondiale, connue en tout cas, de clonage humain. Il le ferait auprès de deux cent couples volontaires, a-t-il communiqué à l’hebdomadaire anglais, le Sunday Times. Il serait même prêt à le faire dans un pays éloigné ou sur un bateau dans les eaux internationales, au cas où l’hostilité à un tel projet serait trop forte.
Yvon Englert, du Comité national de bio éthique, rappelle que le professeur Antinori est coutumier de ce genre de coup d’éclat, sinon de pub. Il rappelle, outre l’opposition éthique, l’état actuel des réticences techniques de la communauté scientifique à l’égard du clonage humain.
Techniquement parlant c’est certainement aujourd’hui complètement injustifié de se lancer dans un clonage reproductif humain dans la mesure où les données scientifiques sur le clonage des mamifères est extrêmement réduit et que l’on sait qu’il existe un certain nombre de problèmes sanitaires. Donc, se lancer dans de telles pratiques, au regard des connaissances scientifiques d’aujourd’hui, c’est exposer ces couples à des risques démesurés. De plus, Antinori ne fait pas ça par philantropisme. C’est un homme qui a fait sa réputation et gagné énormément d’argent dans le scandale et ceci n’est qu’un épisode d’une longue saga.

Recherche
Le clonage humain a déjà été imaginé par Aldous Huxley dans son roman Le meilleur des mondes (1932). À quel fin était-il pratiqué dans ce roman ?
Le clonage humain est revendiqué par la secte des Raéliens comme un moyen d’atteindre l’éternité. Analysez le discours de cette secte et les aspects totalitaires d’un tel discours. Voici un extrait du site internet de la secte :
« Le clonage permettra à l’humanité d’atteindre la vie éternelle. La prochaine étape, comme pour les ÉLOHIM avec leurs 25.000 années de l’avance scientifique, sera de cloner directement une personne adulte sans devoir passer par le processus de croissance tout en lui retransférant sa mémoire et sa personnalité. Puis, nous nous réveillerons après la mort dans un nouveau corps juste comme après une bonne nuit de sommeil ! »

Pour en savoir plus :
Site de la secte des Raéliens qui prône le clonage humain
www.clonaid.com
Site du Sénat belge (voir les débats parlementaires sur les questions bio-éthiques)
http://www.senate.be/

Les Outils de réflexion, n°10, De l’embryon in vitro au clonage : risques - enjeux - responsabilités, ouvrage collectif, édition « Espace de liberté », Centre d’Action Laïque, Bruxelles, février 2000.
Andorno Roberto, La bioéthique et la dignité de la personne, PUF, 1997
Atlan Henri, Augé Marc, Delmas-Marty Mireille, Droit Roger-Pol, Fresco Nadine, Le clonage humain, Seuil, 1999. Cinq compétences diverses ( biologiste, anthropologue, juriste, philosophe, historienne) font le point sur cette question.