John Jeanette Solstad Remø

En Norvège, les personnes transgenres ne peuvent obtenir un changement d’état civil qu’à l’issue d’un diagnostic psychiatrique, d’un traitement hormonal et d’une opération chirurgicale de changement de sexe, dont une stérilisation irréversible. L’optimisme est cependant de mise : le gouvernement norvégien a récemment indiqué sa volonté de changer la pratique actuelle en matière de reconnaissance juridique du genre.

John Jeanette Solstad Remø

Toute sa vie, John Jeanette a cherché à être reconnue en tant que femme. Née homme, elle s’est battue auprès des autorités norvégiennes afin de changer légalement de genre.

En Norvège, les personnes transgenres désireuses de se définir légalement par le genre qu’elles ont choisi ne peuvent le faire qu’en effectuant un « réel changement de sexe ». Mais John Jeanette avait choisi de ne pas passer par cette procédure. Le droit à sa vie privée était violé quotidiennement du fait que ses papiers d’identité indiquaient qu’elle était un homme. Pour elle, la reconnaissance légale de son genre était nécessaire afin d’être regardée comme la personne qu’elle ressentait être profondément.

Grâce à la campagne menée par Amnesty, les choses ont évolué favorablement pour John Jeanette. Lors d’une conférence de presse, le vendredi 10 avril 2015, un groupe d’experts nommé par le ministère de la Santé et des Soins a présenté son rapport « Droit au genre désiré — santé pour tous les genres » au ministre de la Santé et des Soins. Ce rapport recommande la mise en place d’une procédure transparente et accessible pour la reconnaissance légale du genre fondée sur la perception de l’identité sexuelle de l’individu, sans aucune obligation d’une période de réflexion.

Venez écrire pour continuer à soutenir les individus qui rencontrent le même problème que John Jeanette !