Sanjiv Kumar Karna

Au Népal, l’obligation de rendre des comptes pour les atteintes aux droits humains et le droit des victimes à la justice, à la vérité et à des réparations continuent d’être gravement compromis. En effet, les policiers s’abstiennent de dresser des procès-verbaux introductifs, d’ouvrir des enquêtes et d’appliquer les décisions de justice, notamment dans des cas présumés d’exécution extrajudiciaire et de torture et autres mauvais traitements.

Sanjiv Kumar Karna

Battu et arrêté par des membres de l’armée et de la police népalaise pour son implication dans un mouvement politique étudiant, Sanjiv Kumar Karna n’est plus jamais retourné chez lui.

L’étudiant Sanjiv Kumar Karna pique-niquait avec un groupe d’amis le 8 octobre 2003 à Janakpur, au sud du Népal, lorsqu’il a été arrêté avec dix de ses amis par des membres de l’armée et de la police. Au cours de leur transfert vers le commissariat de police régional à Janakpur, Sanjiv et ses amis ont été violemment passés à tabac avant d’être interrogés.
Six personnes ont par la suite été libérées, mais, depuis lors, on est sans nouvelles de Sanjiv Karna et de quatre de ses amis.

À l’époque, la police avait nié avoir arrêté ces hommes. En 2006, l’Armée népalaise a pour sa part indiqué que Sanjiv et ses amis avaient été tués lors d’une opération de police le jour de leur arrestation, mais elle a depuis lors réfuté toute implication dans leur disparition.

L’arrestation de Sanjiv semble être liée à son implication dans le mouvement politique étudiant et à son appartenance antérieure à la All Nepal National Independent Student Union — Revolutionary, alignée sur le Parti communiste népalais maoïste.

Venez écrire pour que soit menée une enquête sur la disparition de Sanjiv et de ses amis et que les responsables présumés de la disparition de Sanjiv Kumar soient traduits en justice !