Waleed Abu al-Khair

En Arabie saoudite, les autorités ne tolèrent pas la dissidence. Elles prennent ainsi des mesures répressives — notamment les lois antiterroristes — contre les personnes qui les critiquent, au premier rang desquels les défenseurs des droits humains.

Waleed Abu al-Khair

Éminent défenseur des droits humains et avocat saoudien, Waleed Abu al-Khair, condamné à 15 ans d’emprisonnement pour avoir « désobéi au souverain et cherché à lui ôter sa légitimité », doit être libéré au plus vite.

Waleed Abu al-Khair est le fondateur, en 2008, de l’Observatoire des droits humains en Arabie saoudite. Il a assuré la défense de nombreuses victimes, y compris quelques-uns des 16 réformistes qui purgent des peines allant jusqu’à 30 ans d’emprisonnement pour leur activisme pacifique. Parmi ses clients, figure Raif Badawi, le blogueur saoudien condamné notamment à 1 000 coups de fouet pour avoir exprimé librement son opinion.

Le 6 juillet 2014, Waleed a été condamné par le Tribunal pénal spécial à 15 ans d’emprisonnement, assortis d’une amende s’élevant à 200 000 riyals (environ 45 000 euros) et d’une interdiction de voyager durant 15 ans. Ce tribunal l’a déclaré coupable d’avoir « désobéi au souverain et cherché à lui ôter sa légitimité », « insulté le pouvoir judiciaire et remis en cause l’intégrité des juges », « créé une organisation non autorisée », « nui à la réputation de l’État en communiquant avec des organisations internationales » et « rédigé, enregistré et envoyé des informations troublant l’ordre public ». Il est le premier défenseur des droits humains jugé et condamné en vertu de la nouvelle loi antiterroriste. Sa condamnation a été confirmée en appel le 12 janvier 2015.

Venez écrire pour que sa sentence soit annulée !

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse