La Belgique doit passer à la vitesse supérieure

C’est aujourd’hui que les 20 premiers demandeurs d’asile arriveraient en Belgique depuis la Grèce dans le cadre du plan de relocalisation européen. C’est une bonne chose que ce processus commence à se mettre en place, mais il est grand temps d’accélérer cette relocalisation étant donné le besoin évident de protection internationale de la plupart de ces personnes et les conditions difficiles dans lesquelles elles se trouvent en Grèce, dit Amnesty International.

“D’autres pays se sont montrés proactifs depuis le début et sont parvenus à relocaliser davantage de personnes depuis la Grèce. Nous attendons maintenant de la Belgique qu’elle accélère le processus pour respecter ses engagements d’accueillir 2 415 personnes depuis la Grèce dans le cadre du plan de relocalisation européen”, explique Eva Berghmans d’Amnesty International. “Il est temps en effet que la Belgique rattrape le retard qu’elle a accumulé dans le cadre de ce plan.”

Suite à la fermeture de la route des Balkans depuis plus d’un mois, 46 000 personnes sont bloquées dans des conditions très difficiles sur le territoire grec, comme c’est le cas à Athènes et Idomeni, dont le camp est en train d’être démantelé. "Nous ne devons pas oublier qu’il s’agit là d’une urgence humanitaire. Les centres pour demandeurs d’asile grecs sont surpeuplés ; l’accès aux soins médicaux est quasiment nul, les conditions d’hygiène et les infrastructures sont déplorables », explique encore Eva Berghmans.

En septembre 2015, les dirigeants européens ont signé un accord prévoyant la relocalisation de 6 400 personnes depuis la Grèce dans les différents pays européens. À ce jour, 973 personnes seulement ont effectivement quitté la Grèce pour être relocalisées. "Il est inacceptable que ce plan tarde tant à se mettre en place", déplore Eva Berghmans d’Amnesty International.

Complément d’information

En septembre 2015, la Belgique s’est engagée à accueillir 3 783 demandeurs d’asile depuis la Grèce et l’Italie dans le cadre du plan de relocalisation européen. À ce jour, à peine 29 personnes ont été transférées en Belgique depuis l’Italie et 20 depuis la Grèce.

Dans ce contexte, Amnesty International a lancé une pétition appelant les dirigeants européens à garantir la sécurité et la dignité humaine des réfugiés. Cela passe par un engagement fort en faveur de l’établissement de voies sûres et légales qui permettraient aux personnes en besoin de protection de rejoindre un lieu sûr, mais également par une contribution financière à l’accueil des réfugiés dans les pays d’autres régions.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Réfugiés et migrants : - 20 °C sans nourriture, logement ou soins

Environ 1200 réfugiés et migrants dorment dans des hangars désaffectés du centre de Belgrade. Agissez contre cette insoutenable situation