La société civile réduite au silence

En réaction au décret exécutif publié le 22 novembre par les autorités turques ordonnant la fermeture permanente de 375 organisations non gouvernementales (ONG) au titre de l’état d’urgence, John Dalhuisen, directeur pour l’Europe à Amnesty International, a déclaré :

« La fermeture de près de 400 ONG s’inscrit dans le cadre d’une politique systématique des autorités turques visant à réduire définitivement au silence toutes les voix critiques.

« Parmi ces ONG figurent des associations d’avocats travaillant sur la torture, des organisations de défense des droits des femmes qui gèrent des centres d’accueil pour les victimes de violences domestiques, des organisations humanitaires locales apportant une aide aux réfugiés et aux personnes déplacées, et la première association turque de défense des droits de l’enfant.

« Les organisations de la société civile doivent pouvoir continuer leur travail essentiel sans crainte de sanctions ni de représailles. Le travail de ces ONG est particulièrement vital au moment où la Turquie traverse une crise des droits humains et où l’utilisation abusive des pouvoirs conférés par l’état d’urgence porte un coup à une société civile déjà exsangue. »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Réfugiés et migrants : - 20 °C sans nourriture, logement ou soins

Environ 1200 réfugiés et migrants dorment dans des hangars désaffectés du centre de Belgrade. Agissez contre cette insoutenable situation