AU 08/03 : Elma Novais et ses enfants (9 janvier 2003)

AU 08/03 : Elma Novais et ses enfants (9 janvier 2003)

Résumé du cas :

Elma Novais et ses enfants ont été la cible d’une campagne d’intimidation et de menaces après la libération de plusieurs membres de la police militaire accusés du meurtre de son fils, Josénildo, en 1999. Ces policiers sont soupçonnés de faire partie d’un « escadron de la mort  » impliqué dans le crime organisé et dans des actes de corruption dans la ville de Caruaru (État de Pernambouc).

Action recommandée :

Appeler les autorités à assurer la sécurité d’Elma Novais et de ses enfants, à mener une enquête approfondie sur les menaces dont ils ont été la cible, à rouvrir les enquêtes sur le meurtre de Josénildo et demandez qu’Elma Novais bénéficie d’une protection policière vingt-quatre heures sur vingt-quatre.
Réponse des autorités brésiliennes :
Aucune réponse n’a été reçue pour le moment.
Autres informations sur le cas :
L’AU a eu des répercussions presque immédiates. Dans les quinze jours qui ont suivi son lancement, le secrétariat d’État aux droits humains a contacté Elma Novais. Elle est passée d’une protection militaire à une protection policière fédérale, assurée à présent vingt-quatre heures sur vingt-quatre et non plus uniquement la journée. Fin février, son cas a été examiné par la Commission interaméricaine des droits de l’homme à Washington, où elle s’est rendue en compagnie de représentants du GAJOP, une ONG locale. La Commission interaméricaine a recommandé que sa protection soit également étendue à ses enfants.

En janvier, E. Novais a écrit au SI :

« Merci de tout cœur, j’ai bien reçu vos lettres qui m’ont été d’un grand réconfort ; l’union de toutes vos forces pour tenter de sauver nos vies est un geste de grande humanité. Le combat a été rude depuis que j’ai dénoncé les meurtriers de mon fils. Nous [Elma et sa famille] avons traversé maintes épreuves et rencontré beaucoup d’agressivité, fait face à de nombreuses menaces et à énormément de violence. Mais grâce au soutien que vous m’avez tous apporté, je vais continuer mon action pour que justice soit rendue, pour que d’autres enfants ne soient pas tués, et enfin pour que de tels crimes ne demeurent pas impunis. Que Dieu vous bénisse, qu’il remplisse vos vies d’amour, de paix et de bonheur.
« Recevez mes meilleurs sentiments,
« Elma et ses enfants. »

Pour Elma, la vie reste cependant très difficile à Caruaru. Au cours des derniers entretiens, elle a décrit à quel point sa vie ressemblait à un emprisonnement et à quel point sa vie professionnelle a souffert de son investissement dans cette lutte pour remettre les assassins de son fils à la justice, puisqu’elle y a ainsi subi une perte d’activité.

Action complémentaire :

Veuillez adresser vos lettres au secrétaire d’État pour la défense sociale de l’État de Pernambouc :
dites avoir pris bonne note du fait qu’Elma Novais bénéficie d’une protection de la police fédérale vingt-quatre heures sur vingt-quatre ;
précisez que la Commission interaméricaine a recommandé que cette protection soit étendue à ses enfants ;
demandez à être informés des mesures qui ont été prises pour qu’une enquête soit ouverte sur les menaces dont Elma Novais a été la cible ;
demandez à être informés des mesures qui ont été prises pour qu’une enquête soit ouverte concernant l’arrestation illégale de son fils Jefferson (voir AU originale) ;
demandez aux autorités de vous faire part de l’évolution de l’enquête concernant le meurtre de Josénildo de Freitas Junior en 1999 ;
demandez à être informés des mesures qui ont été prises pour ouvrir une enquête sur les activités des escadrons de la mort à Caruaru et pour y mettre un terme.

Veuillez envoyer vos lettres à :

Gouverneur de l’État de Pernambouc :
Exmo. Sr. Governador de Estado de Pernambuco
Jarbas de Andrade Vasconcelos
Palácio Campo das Princesas
Praça da República, Santo Antônio,
50010-040 Recife - PE, Brésil
Formule d’appel : Vossa Excelência / Monsieur le Gouverneur,
Procureur général de l’État de Pernambouc :
Procurador Geral de Justiça do Estado de Pernambuco
Francisco Sales de Albuquerque
Rua do Imperador, 473
Santo Antônio, 50010-240 Recife - PE, Brésil
Formule d’appel : Vossa Excelência, / Monsieur le Procureur Général,

Secrétaire d’État pour la Défense sociale de l’État de Pernambouc :
Exmo. Sr Secretário da Defesa Social do Estado de Pernambuco
Gustavo Augusto Rodrigues de Lima
Rua Odorico Mendes, 700
Campo Grande, 52031-080 Recife - PE, Brésil
Formule d’appel : Sr. Secretário, / Monsieur le Secrétaire d’État,

Secrétaire d’État aux droits humains du Brésil :
Exmo. Sr. Secretário de Estado dos Direitos Humanos
Nilmário Miranda
Secretaria de Estado dos Direitos Humanos,
Ministério da Justiça
Esplanada dos Ministérios, Bloco T, 4° andar, Sala 420
70064-900, Brasília - D.F., Brésil

Formule d’appel : Exmo.

Sr Secretário, / Monsieur le Secrétaire d’Etat

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Un professeur de la VUB condamné à mort

Le Dr Ahmadreza Djalali, un citoyen iranien résidant en Suède et professeur invité à la VUB en Belgique, a été condamné à mort : demandez sa libération, signez la pétition !