AU 216/02 : Hipãridi Top’tiro et des membres de sa famille, Mariana Ferreira et des chercheurs en anthropologie et en ethnologie (17 juillet et 16 août 2002)

AU 216/02 : Hipãridi Top’tiro et des membres de sa famille, Mariana Ferreira et des chercheurs en anthropologie et en ethnologie (17 juillet et 16 août 2002)

Résumé du cas :

Hipãridi Top’tiro, dirigeant indigène de la réserve indigène de Sangradouro, à Primavera do Leste, et défenseur de l’environnement bien connu, des membres de sa famille et Mariana Ferreira, anthropologue de l’université du Tennessee travaillant sur ce territoire, ont reçu des menaces de mort apparemment liées à leur travaux sur le projet Salve o Cerrado. Hipãridi Top’tiro est la cible de menaces de mort depuis qu’il a intenté une action en justice contre des propriétaires terriens qu’il accuse d’avoir déboisé en partie une zone indigène. Selon certaines informations, l’administrateur régional de la FUNAI à Primavera do Leste, qui entretient des liens étroits avec des propriétaires terriens de la région, menace et intimide depuis longtemps Hipãridi Top’tiro et sa famille. La dernière de ces menaces a été enregistrée le 9 août 2002.

Action recommandée :

Lancez des appels aux autorités en leur demandant d’assurer immédiatement la protection d’Hipãridi Top’tiro et de sa famille, de Mariana Ferreira et de tous les chercheurs en anthropologie et en ethnologie dont la vie pourrait être menacée, de mener une enquête sur les menaces reçues ainsi que sur le comportement menaçant de l’administrateur régional de la FUNAI à Primavera do Leste, et d’appliquer toutes les sanctions légales et disciplinaires appropriées si nécessaire.

Réponses des autorités brésiliennes :

22 juillet 2002, bureau du procureur général à Cuiabá, État du Mato Grosso :
Hipãridi Top’tiro a adressé les documents et déclarations relatifs aux menaces de mort dont il a été la cible au bureau du procureur général de Cuiabá. Ils feront l’objet d’une enquête par la procureure Fabiola Dorr Kaloy.

Autres informations sur le cas :

En décembre dernier, nous avons reçu une lettre d’Hipãridi nous informant que suite à la large diffusion de l’AU, le gouvernement brésilien avait finalement prêté attention à ces menaces de mort mais que rien n’avait malheureusement changé sur le terrain à Primavera Do Leste. L’administrateur de la FUNAI cité plus haut est toujours en poste et Hipãridi, qui souffre d’une dépression, est dans l’incapacité d’y retourner. Dans un courrier électronique adressé au SI le 1er avril 2003, Mariana Ferreira écrit que « sans le soutien d’Amnesty International, Hipa serait très probablement mort aujourd’hui ».
Nous avons l’espoir qu’Hipa viendra cette année en Europe pour une série d’interventions. Hipa et le projet Salve o Cerrado ont été nominés pour recevoir un prix de l’Environnement aux États-Unis.
À la mi-avril, le SI a publié une autre action complémentaire.

Action complémentaire :

Veuillez adresser des lettres au gouverneur de l’État du Mato Grosso, au président de la FUNAI et au ministre de la Justice pour :
exprimer votre préoccupation quant aux informations faisant état de la situation toujours tendue à Primavera do Leste et signalant que les personnes travaillant dans la réserve indigène de Sangradouro continuent d’être menacées et harcelées ;
appeler les autorités à accorder aux personnes menacées la protection fédérale qu’elles jugent nécessaire pour garantir leur sécurité ;
exprimer votre inquiétude quant au fait qu’aucune enquête n’a été menée à la suite des informations concordantes faisant état du comportement menaçant de l’administrateur régional de la FUNAI à Primavera do Leste ;
si ces informations se révèlent exactes, appeler les autorités à appliquer toutes les sanctions légales et disciplinaires appropriées pour mettre un terme au comportement menaçant de l’administrateur régional de la FUNAI à Primavera do Leste ;
exprimer votre inquiétude face aux nombreuses agressions dont les populations indigènes ont été victimes en 2003 au Brésil et exhorter les autorités fédérales et de l’État à faire des déclarations publiques condamnant ces agissements.

Ministre fédéral de la Justice :
Ministro da Justiça
Marcio Thomaz Bastos
Ministério da Justiça
Esplanada dos Ministérios, Bloco « T », Edificio Sede
70712-902 Brasília - D.F Brésil
Formule d’appel : Vossa Excêlencia, / Monsieur le Ministre,

Président de la FUNAI
Presidente da Funai
Eduardo Aguiar de Almeida
SEPS Quadra 702/902 Projeção A, Ed. Lex
70390-025 - Brasília - DF - Brésil
Formule d’appel :Sr. Presidente / Monsieur le President
Secrétaire d’État aux droits humains du Brésil
Exmo. Sr. Secretário de Estado dos Direitos Humanos
Nilmário Miranda
Secretaria de Estado dos Direitos Humanos
Ministério da Justiça
Esplanada dos Ministérios,
Bloco T, 4° andar, Sala 420
70064-900 Brasília-DF, Brésil
Formule d’appel : Exmo. Sr Secretário / Monsieur le Secrétaire d’Etat

Gouverneur de l’État du Mato Grosso
Exmo. Sr. Governador do Estado de Mato Grosso
Blairo Borges Maggi
Palácio Paiaguás, Centro Político Administrativo
78050-970 Cuiabá - MT, Brésil
Formule d’appel : Vossa Excelência / Monsieur le Gouverneur

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.