AU 33/00 Marcos Luidson de Aráujo

AU 33/00

Marcos Luidson de Aráujo, des membres de sa famille
et d’autres membres de la communauté indigène Xucuru (11 février 2003)

Marcos et son neveu ont échappé à la mort lors d’une embuscade à Pesquiera, au cours de laquelle un groupe d’hommes armés a ouvert le feu sur leur camion. Bien que des membres de la communauté Xucuru se soient lancés à la poursuite des assaillants (quatre d’entre eux ont été blessés), ces derniers ont réussi à s’enfuir. Deux membres de la communauté Xucuru voyageant avec Marcos ont été tués. La police n’est pas arrivée sur les lieux avant la tombée de la nuit. Marcos n’a bénéficié d’aucune protection malgré l’appel lancé en ce sens aux autorités par l’Organisation des États américains. Depuis 1992, année où 27 000 hectares de terres ont été démarqués en faveur des Xucuru, de violents conflits ont éclaté dans la région de Pesquiera. Francisco de Assis Aráujo, le père de Marcos, a été tué en 1998, et un autre dirigeant de la communauté Xucuru, Francisco de Assis Santana, a été abattu en 2001.
Action recommandée :
Envoyez des appels exprimant votre inquiétude pour toutes les personnes qui sont en danger ; demandez qu’elles bénéficient d’une protection et que des enquêtes approfondies soient ouvertes sur ces agressions ; demandez à être informés des progrès des enquêtes sur les meurtres de Francisco de Assis Aráujo et Francisco de Assis Santana.
Réponse des autorités brésiliennes :
Aucune réponse ne nous est parvenue à ce jour.
Autres informations sur le cas :
Marcos s’est rendu à Washington en février pour assister à la présentation de son cas devant la Commission interaméricaine. Une équipe du SI qui s’est rendue à Recife en mars s’est longuement entretenue avec des avocats et des membres de l’Organisation de défense des droits indigènes (CIMI). Marcos vit dans la réserve et bénéficie d’une protection qui reste insuffisante. La CIMI s’est dite très préoccupée par les omissions volontaires de la police fédérale lors de l’enquête et de son apparente complicité dans l’agression de Marcos, citant à titre d’exemple leur inexplicable arrivée tardive le jour de l’attaque, le refus du chef de la police fédérale de mener des interrogatoires approfondis et le fait que l’un des accusés est souvent aperçu en compagnie de membres de la police fédérale. Sur les trois suspects inculpés, deux sont en garde à vue, un en liberté sous caution et le quatrième a réussi à s’échapper.
Action complémentaire :
Envoyez vos appels au ministre de la Justice et au président de la FUNAI :
demandez quelles mesures ont été prises pour assurer la protection de Marcos Luidson de Aráujo et des membres de sa famille ;
demandez des informations sur l’évolution de l’enquête relative à l’agression qui a eu lieu à Pesquiera en février dernier, au cours de laquelle Adenílson Barbosa da Silva et Joséilton José dos Santos ont été tués ;
demandez à être informés de l’évolution de l’enquête sur les meurtres de Francisco da Assis Aráujo en mai 1988 et de Francisco de Assis Santana en avril 2001 ;
exhortez les autorités à mettre en œuvre des stratégies à long terme conformément aux souhaits des personnes en danger afin d’assurer la sécurité et la protection de la communauté Xucuru de Pesquiera ;
dites-vous préoccupés par les informations révélant des irrégularités en ce qui concerne l’enquête menée par la police fédérale sur ces faits, et par les informations selon lesquelles la police fédérale de Pesquiera harcèle des membres de la population indigène de cette région ;
exhortez les autorités à accélérer la procédure d’indemnisation et à régler toutes les sommes encore dues aux anciens propriétaires des terres.

Governeur de l’État de Pernambouc
Exmo. Sr. Governador do Estado de Pernambuco
Jarbas de Andrade Vasconcelos
Palácio Campo das Princesas
Praça da República,
Santo Antônio
50010-040 Recife-PE, Brésil
Salutation : Vossa Excelência / Monsieur le Gouverneur

President de la FUNAI
Presidente da Funai
Eduardo Aguiar de Almeida
SEPS Quadra 702/902 Projeção A, Ed. Lex
70390-025 - Brasília - DF - Brésil
Salutation : Sr. Presidente / Monsieur le Président
Ministre de la Justice
Ministro da Justiça
Márcio Thomaz Bastos
Ministério da Justiça, Esplanada dos Ministérios
Bloco T, Edificio Sede
70712-902 - Brasília / DF Brésil
Salutation : Vossa Excelência/ Monsieur le Ministre

Secrétaire d’État aux droits humains du Brésil :
Exmo. Sr. Secretário de Estado dos Direitos Humanos
Nilmario Miranda
Secretaria de Estado dos Direitos Humanos,
Ministério da Justiça
Esplanada dos Ministérios, Bloco T, 4° andar, Sala 420
70064-900, Brasília - D.F., Brésil
Formule d’appel : Exmo. Sr Secretário / Monsieur le Secrétaire d’Etat


Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.