BRÉSIL "Nous sommes venus prendre vos âmes" : le caveirão et les opérations de police à Rio de Janeiro

"Imaginez un véhicule blindé officiel, portant un blason avec un crâne et une épée, et des policiers qui arrivent en tirant, d’abord sur les réverbères, puis sur les habitants du quartier... C’est le caveirão. Un garçon de onze ans a eu la tête arrachée par des balles venant du caveirão, et nous, les habitants, devons encore prouver que c’était la police".
Un habitant de la communauté Caju, où le caveirão a été déployé,
2 décembre 2005.

"Nous opérons comme nous le ferions au cours d’une guerre conventionnelle, avec le char qui ouvre la route et l’infanterie qui encercle l’ennemi".
Colonel Venâncio Moura, Commandant du BOPE

Introduction

Les favelas de Rio de Janeiro, depuis le haut des collines de la Zona Sul (zone sud) jusqu’aux plaines de Baixada Fulminense, vivent dans un état de tension permanente. Ce sont quelques-unes des communautés les plus pauvres et les plus vulnérables du Brésil, qui ne bénéficient pas, ou très peu, de la fourniture de services publics. Livrées à leurs seules ressources, les favelas de Rio se sont développées en un réseau de ruelles étroites, d’appentis de fortune avec des canalisations et des branchements improvisés. Pour ces populations, les difficultés liées à la pauvreté sont compliquées par un sentiment constant d’insécurité et de violence imminente.

Lire la suite

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse