Agissez pour protéger la population du Darfour

NE PLUS AGIR POUR CETTE ACTION !

Le 17 septembre 2006, des dizaines de milliers de personnes dans plus de 40 pays, et notamment les membres des sections et structures d’Amnesty International de 27 pays, ont pris part à la Journée mondiale pour le Darfour. Il s’agissait de montrer la solidarité du monde entier envers la population du Darfour et de faire pression sur les gouvernements afin qu’ils s’acquittent de leur devoir de protection des civils.

Pourtant, la triste réalité, c’est que rien n’a changé sur le terrain. Les attaques visant des civils continuent des deux côtés de la frontière entre le Soudan et le Tchad. La situation sur place continue à se dégrader et des enfants, des femmes aussi bien que des hommes sont victimes de graves violations des droits humains.

La coalition « Le monde pour le Darfour » (qui succède à la Journée mondiale pour le Darfour) a lancé un appel pour une journée internationale en faveur du Darfour le 10 décembre 2006. Les projecteurs seront braqués sur les violations des droits humains et, en particulier, sur la violation des droits des femmes et des fillettes victimes de violences sexuelles.

Depuis le début du conflit armé en 2003, les viols et les violences sexuelles sont courants. Ces violences sont utilisées comme arme de guerre dans le but d’humilier, de châtier, de contrôler, de terroriser et de déplacer les femmes et les communautés dont elles font partie. Ces actes constituent de graves violations des droits humains internationalement reconnus et du droit humanitaire. Il semble que le recours à la violence sexuelle contre les femmes et les fillettes soit encore très fréquent. Pire encore, l’insécurité générale s’est accentuée depuis septembre. On signale également une augmentation des cas de violence domestique et de viol commis à l’intérieur des camps. Ils sont apparemment le fait de miliciens qui réussissent à s’infiltrer dans les camps ou de certains réfugiés. Cependant, leur nombre est minime comparé au nombre d’agressions qui se produisent hors des camps. La majorité des agressions sexuelles sont commises par les milices Janjawid, mais les forces armées du gouvernement, la police et les Forces de Défense Populaires (FDP) sont aussi responsables de certaines de ces violences. La violence sexuelle continue à être utilisée pour intimider et humilier la population civile quel que soit l’âge de la victime. Et elle est toujours utilisée comme une arme de guerre.

Le 10 décembre 2006, des milliers de membres d’Amnesty International, ainsi que d’autres groupes de militants du monde entier ont décidé de participer à une nouvelle journée d’action mondiale sur le Darfour, organisée par une grande coalition d’ONG. Pour maintenir la pression sur le gouvernement soudanais et la communauté internationale, rejoignez-nous et faites savoir à la population du Darfour que nous ne l’oublions pas !

Lettre à écrire au Président soudanais et à l’ambassade
Monsieur le Président, En tant que sympathisant d’Amnesty International, je reste très préoccupé(e) par la situation au Soudan. En effet, celle-ci continue à se dégrader et des enfants, des femmes aussi bien que des hommes sont victimes de graves violations des droits humains. Il faut absolument mettre un terme à toutes les violations du droit international humanitaire et du droit international relatif aux droits humains. Dans ce but, il est impératif que le Soudan accepte la présence d’une force de maintien de la paix efficace. La meilleure solution à l’heure actuelle est celle que propose la résolution 1706 du Conseil de sécurité des Nations unies : le déploiement d’une force de maintien de la paix de l’ONU, dotée d’un mandat fort permettant de protéger efficacement les civils. D’autres mesures doivent également être prises :
 Les milices Janjawid doivent être désarmées et démobilisées ;
 Il doit être clairement dit à tous les combattants que les auteurs de violences sexuelles seront traduits en justice ;
 Faire en sorte que la police donne suite à toutes les plaintes concernant les agressions visant des personnes déplacées, y compris les violences sexuelles, et que les responsables de tels actes soient traduits en justice ;
 Accorder aux organisations humanitaires et de défense des droits humains le libre accès au Darfour ;
 Appliquer dans son intégralité la résolution 1325 du Conseil de sécurité de l’ONU ;
 L’octroi de ressources temporaires adéquates à la Mission de l’Union Africaine au Soudan (MUAS) et un transfert de témoin en douceur entre la MUAS et les forces de l’ONU ;
 Une attention particulière doit être accordée aux besoins et aux droits des femmes et des fillettes. Les femmes et les fillettes menacées de viol et de violence sexuelle doivent avoir accès à des soins appropriés et à tous autres services qui leur sont nécessaires.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’assurance de mes sentiments les plus distingués.

Signature

Destinataires :

Président de la République du Soudan

Lieutenant-général Omar Hassan Ahmad al.Bashir

Palais présidentiel.

PO Box 281

Khartoum. Soudan

Ambassade du Soudan

A.V.FD.Roosevelt, 124

1050 Bruxelles

Lettre au Président chinois
Monsieur le Président,

En tant que sympathisant d’Amnesty International, je suis très préoccupé(e) par la situation au Darfour ; celle-ci continue à se dégrader et des enfants, des femmes aussi bien que des hommes sont victimes de graves violations des droits humains. Il faut absolument mettre un terme à toutes les violations du droit international humanitaire et du droit international relatif aux droits humains.
Dans ce but, il est impératif que le Soudan accepte la présence d’une force de maintien de la paix efficace. Dans ce cadre, nous tenons tout d’abord vous remercier de soutenir le projet d’envoi d’une force de maintien de la paix de l’ONU au Darfour car ceci est, à l’heure actuelle, la meilleure solution au vu de la situation. En effet, en tant que membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, la République populaire de Chine est, à ce titre, en partie responsable du maintien de la paix et de la sécurité internationales. Le gouvernement Chinois se doit par conséquent de faire pression sur le Soudan pour qu’il accepte la présence de cette force de maintien de la paix sur son territoire.
A ce même titre, il est également en partie de la responsabilité de la Chine de faire face à l’impact du conflit sur les femmes et de faire en sorte qu’elles participent à la solution du conflit et à l’établissement d’une paix durable. Il est donc important que la Chine veille à l’application intégrale par les autorités Soudanaises de la résolution 1325 du Conseil de Sécurité sur les femmes, la paix et la sécurité.
J’exhorte également votre gouvernement à soutenir la continuation du travail des forces de la MUAS dans la région et à renforcer cette mission jusqu’à ce qu’une force de maintien de la paix de l’ONU puisse être déployée. Le peuple du Darfour ne peut être laissé sans protection.
Par ailleurs, la Chine est un acteur international majeur en Afrique, en particulier au Soudan et aujourd’hui au Tchad. Amnesty International s’inquiète de ce que la Chine est devenue un important fournisseur d’armes au Soudan et que ces transferts d’armements ont favorisé les violations des droits humains au Darfour. Dans l’intérêt d’une sécurité et d’une paix durables, nous demandons au gouvernement chinois de limiter l’envoi d’armes au Soudan. En effet, si la situation du Darfour ne trouve pas une solution, il y a un risque important de voir la déstabilisation s’étendre ailleurs dans la région et les violations des droits humains s’accroître en conséquence.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’assurance de mes sentiments les plus distingués.

Signature.

Destinataire :

Monsieur HU Jintao Guojia Zhuxi,

Président de la République populaire de Chine

The State Council General Office

Yongneixijie

BEIJINGSHI 100017

Lettre au Président russe
Monsieur le Président,

En tant que sympathisant d’Amnesty International, je suis très préoccupé(e) par la situation au Darfour ; celle-ci continue à se dégrader et des enfants, des femmes aussi bien que des hommes sont victimes de graves violations des droits humains. Il faut absolument mettre un terme à toutes les violations du droit international humanitaire et du droit international relatif aux droits humains.
Dans ce but, il est impératif que le Soudan accepte la présence d’une force de maintien de la paix efficace. Dans ce cadre, nous tenons tout d’abord vous remercier de soutenir le projet d’envoi d’une force de maintien de la paix de l’ONU au Darfour car ceci est, à l’heure actuelle, la meilleure solution au vu de la situation. En effet, en tant que membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, la Russie est à ce titre, en partie responsable du maintien de la paix et de la sécurité internationales. Le gouvernement Russes se doit par conséquent de faire pression sur le Soudan pour qu’il accepte la présence de cette force de maintien de la paix sur son territoire.
A ce même titre, il est également en partie de la responsabilité de la Russie de faire face à l’impact du conflit sur les femmes et de faire en sorte qu’elles participent à la solution du conflit et à l’établissement d’une paix durable. Il est donc important que la Russie veille à l’application intégrale par les autorités soudanaises de la résolution 1325 du Conseil de Sécurité sur les femmes, la paix et la sécurité.
J’exhorte également votre gouvernement à soutenir la continuation du travail des forces de la MUAS dans la région et à renforcer cette mission jusqu’à ce qu’une force de maintien de la paix de l’ONU puisse être déployée. Le peuple du Darfour ne peut être laissé sans protection.
Par ailleurs, la Russie est un acteur international majeur en Afrique, en particulier au Soudan et aujourd’hui au Tchad. Amnesty International s’inquiète de ce que la Russie est devenue un important fournisseur d’armes au Soudan et que ces transferts d’armements ont favorisé les violations des droits humains au Darfour. Dans l’intérêt d’une sécurité et d’une paix durables, nous demandons au gouvernement Russe de limiter l’envoi d’armes au Soudan. En effet, si la situation du Darfour ne trouve pas une solution, il y a un risque important de voir la déstabilisation s’étendre ailleurs dans la région et les violations des droits humains s’accroître en conséquence.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’assurance de mes sentiments les plus distingués.

Signature.

Destinataire

M. Vladimir Poutine,

Président de la Fédération de Russie

Kremlin

103132 Moscou

Fédération de Russie

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse