Info-bulletin n°3

URUGUAY

Le gouvernement n’écarte pas d’amnistier l’ancien ministre des Affaires étrangères Juan Carlos Blanco, inculpé et détenu pour la disparition en 1976 de l’enseignante Elena Quinteros, et d’élargir aussi aux civils l’amnistie donnée en 1986 en vertu de la Loi de Caducité aux militaires et policiers coupables de violations des droits humains pendant la dictature militaire de 1973-1985. Cette mesure pourrait bénéficier à l’ancien président Juan María Bordaberry, auteur du coup d’Etat en 1973.
Pour sa part, la Commission pour la Paix, créée en 2000 par le président Jorge Batlle, présente le 10 avril le rapport final sur les Uruguayens disparus pendant la dictature. En octobre, la Commission a confirmé la mort d’entre 26 et 28 disparus, sur un total de 39 plaintes pour disparition, dont six argentins.
Selon la Commission, Quinteros sera déclarée officiellement morte suite à de tortures, même si son corps n’a pas encore été retrouvé.
Le procès commencé en 2002 sur la disparition de Maria Claudia García Irureta Goyena, belle-fille du poète argentin Juan Gelman, en 1977, avance et le président Batlle pourrait être appelé en tant que témoin. Batlle avait contribué à trouver la petite fille de Gelman et avait dit connaître le sort de García Iruretagoyena, qui avait été arrêté à Buenos Aires et emmenée à Montevideo, où elle avait accouché et s’était fait voler son bébé.
Coté économique, malgré l’accord avec le Fonds Monétaire International (FMI), la crise continue. Le produit intérieur brut (PIB) est tombé de 10,8% en 2002, une des pires années du pays.
Le gouvernement étudie la reprogrammation du paiement de la dette avec les créditeurs, et la gauche a proposé d’admettre le défaut et la cessation de paiement pour renégocier le service de la dette avec les institutions internationales.
La dette extérieure totale a augmenté en 2002 de 169% et est de plus de 11 milliards de dollars. Le gouvernement négocie la reprogrammation de quelque 5 milliards de dollars.

Toutes les infos

Infos liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.