Politique du Burundi

image 81 x 54

Politique  
Nom officiel République du Burundi
Système politique république
Capitale Bujumbura
Divisions administratives 16 provinces; Bubanza, Bujumbura, Bururi, Cankuzo, Cibitoke, Gitega, Karuzi, Kayanza, Kirundo, Makamba, Muramvya, Muyinga, Mwaro, Ngozi, Rutana, Ruyigi
Indépendence 1 juillet 1962 (d'un protectorat de l'ONU sous administration belge)
Constitution 13 mars 1992, modifiée en 1998 (élargissement de 81 à 121 sièges à l'Assemblée nationale, et création de 2 vice-présidents)
Système juridique Basé sur le droit belge et allemand, et les lois coutumières ; n'accepte pas la jurisdiction de la Cour internationale de Justice
Suffrage pas en pratique actuellement ; en théorie, universel
Branche exécutive Le président est à la fois le chef d'État et le chef du gouvernement. Le président actuel Pierre BUYOYA (un Tutsi) a assumé le mandat de la présidence le 21 novembre 2001 pour une durée de 18 mois, après quoi le vice-président Domitien NDAYIZEYE (un Hutu) reprend la fonction présidentielle. Le président BUYOYA est arrivé au pouvoir en renversant le gouvernement précédent en 1996
Branche législative Une chambre unique, l'Assemblée nationale, dont les députés sont élus au suffrage proportionnel pour une durée de 5 ans. Les dernières élections prevues en 1998 furent annulées par décret présidentiel en 1996
Branche judiciaire La Cour suprême ; la Cour Constitutionnelle ; 3 Cours de Cassation; 17 Tribunaux de Première Instance; 123 tribunaux régionaux
Partis politiques UPRONA, FRODEBU sont les deux plus importants ; ABASA, RADDES, PARENA, PRP créés en 1998
Groupes armés Milices armées de Tutsis, faiblement organisées mais avec des liens avec des partis d'extrême droite Tutsis.
Armée age militaire : 16 ans
  actifs : 45 500
Budget militaire dépenses : $57 millions (1997 est.)
  % du PNB : 6,1% (1997 est.)
Peine de mort maintenue

Source : le CIA World Factbook

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse