1.JO 2008 : les objectifs de la Campagne Amnesty

« En confiant à Pékin l’organisation des Jeux, vous contribuerez au développement des droits humains. » Liu Jingmin, vice-président du Comité de candidature de Pékin aux Jeux olympiques de 2008, avril 2001.
« Les Jeux olympiques vont contribuer à promouvoir tous les projets économiques et sociaux et favoriseront aussi notre travail en faveur des droits humains. » Liu Qi, maire de Pékin, cité par Christopher Clary,

Selon la Charte olympique, les Jeux doivent avoir des conséquences positives pour les villes et les pays hôtes. Amnesty International fait campagne pour y intégrer le respect des droits humains fondamentaux et de l’État de droit.

Malgré les engagements des autorités chinoises, de graves atteintes aux droits humains continuent d’être commises en Chine. Par exemple, les autorités ont placé en détention des personnes qui avaient envoyé des lettres ouvertes au Comité international olympique pour demander une amélioration de la situation des droits humains en Chine et protester contre les milliers d’expulsions forcées, souvent illégales, d’habitants de Pékin dans le cadre des préparatifs pour les Jeux. Selon des estimations officieuses, ces expulsions sont encore plus nombreuses, mais il est très ardu de recenser avec exactitude les personnes concernées par cette violation du droit au logement, qui est reconnu par les normes internationales relatives aux droits humains.

Les autorités chinoises ont intensifié la répression contre les groupes qui, en attirant l’attention sur la situation des droits humains, seraient susceptibles de nuire à l’image du pays pendant les Jeux. Pour les organisations de défense de ces droits, il est toujours extrêmement difficile de se rendre sur le territoire chinois afin d’y mener des recherches, de constater les violations des droits humains et de les dénoncer.

Amnesty International est préoccupée par la situation générale des droits humains en Chine. Toutefois, à l’approche des Jeux olympiques de 2008, elle prêtera une attention particulière à l’action du gouvernement chinois dans les domaines concernant les travaux préparatoires des Jeux, les principes de base de la Charte olympique et les promesses d’amélioration émanant des autorités chinoises lors du succès de la candidature de Pékin, en 2001.L’organisation se concentrera donc sur les points suivants : recours persistant à la peine de mort et à des formes abusives de détention administrative, incarcérations, torture et harcèlement des défenseurs des droits humains, y compris des journalistes et des avocats, et censure d’Internet.

Amnesty International appelle le gouvernement chinois à respecter ses engagements en matière d’amélioration de la situation des droits humains à l’occasion des Jeux olympiques. Pour être positif, le bilan des Jeux doit être fondé sur le respect des droits humains et de l’État de droit. Amnesty International adresse aux autorités chinoises les demandes suivantes :

1. Limitent de manière significative le recours à la peine de mort, dans l’objectif, à terme, d’abolir totalement ce châtiment. D’ici la fin 2008, les autorités doivent notamment :

    • publier régulièrement des statistiques officielles sur le nombre total de prisonniers condamnés à mort et exécutés, permettre systématiquement aux familles et aux avocats des condamnés à mort de rencontrer ces derniers, et leur fournir toutes les informations nécessaires sur les questions administratives et de procédure ;
    • réduire le nombre de crimes passibles de la peine de mort en engageant des réformes substantielles concernant les crimes non violents.

2. Veiller à ce que toutes les formes de détention soient conformes au droit et aux normes internationaux relatifs aux droits humains, notamment en matière de respect du droit à un procès équitable et de prévention de la torture. D’ici la fin 2008, les autorités doivent notamment :

    • abolir les systèmes de « rééducation par le travail », de « désintoxication obligatoire » et de « détention et éducation », en veillant à ce qu’aucune mise en détention ne soit plus décidée exclusivement par les autorités policières ;
    • veiller à ce que ces systèmes ne soient pas utilisés pour « nettoyer » la ville avant et pendant les Jeux olympiques.

3. Veiller à ce que les défenseurs des droits humains puissent mener leurs activités pacifiques en toute liberté, conformément aux dispositions de la Déclaration des Nations Unies sur les défenseurs des droits de l’homme. Les autorités doivent notamment :

    • cesser de placer les défenseurs des droits humains en résidence surveillée, et veiller à ce qu’ils puissent communiquer avec des journalistes chinois et étrangers et exprimer des préoccupations légitimes sans avoir à craindre de sanctions ni de harcèlement ;
    • libérer tous les défenseurs des droits humains actuellement détenus pour leurs opinions.

4. Mettre un terme à la censure injustifiée d’Internet en Chine. Les autorités doivent notamment :

    • veiller à ce que personne ne soit arrêté ni jugé pour une utilisation légitime d’Internet ;
    • libérer toutes les personnes détenues ou emprisonnées pour avoir utilisé Internet, notamment les défenseurs des droits humains et les journalistes.

Le Comité international olympique a la responsabilité de veiller à l’influence positive des Jeux sur les villes et les pays hôtes. Amnesty International l’appelle donc à assumer cette responsabilité et l’exhorte, ainsi que l’ensemble du mouvement olympique, en solidarité avec les membres d’Amnesty International dans le monde entier et les militants chinois des droits humains, à faire pression sur le gouvernement chinois pour qu’il mette en œuvre des réformes positives, concrètes et durables en matière de droits humains d’ici la fin août 2008.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées