Accès dénié à leurs terres pour des cultivateurs palestiniens

A la fin de juin 2007, l’armée israélienne a annulé le permis de quelque 30 cultivateurs palestiniens du village de Jayyous (nord de la Cisjordanie), permis qui les autorisait à rejoindre leurs terres situées de l’autre côté du Mur.
Le Mur a été terminé en 2003 et empiète largement le territoire palestinien, appropriant ces terres au profit d’une colonie illégale. Les 2/3 des terres agricoles sont maintenant coupées de Jayyous et donc inaccessibles à leurs propriétaires palestiniens, à moins d’obtenir un permis de l’armée israélienne, ce qui est refusé dans de nombreux cas.
Actuellement la moitié seulement des résidents de jayyous ont accès à leurs terres de l’autre côté du Mur, et seulement 100 fermiers ayant des cultures nécessitant des soins journaliers ont le permis. L’armée israélienne refuse de renouveler un nombre croissant de permis.
Sharif Omar (65 ans) , qui a milité activement contre le mur, est un de ceux à qui le renouvellement du permis a été refusé. Quand le mur a été terminé , ses fils n’ont pas obtenu le permis : avec pour conséquence que sa femme et lui n’avaient d’autre choix que de travailler seuls et sans arrêt.
Le 23 juin dernier, il a appris que son permis ne serait pas renouvelé : sa femme est donc la seule maintenant à avoir accès.
La raison invoquée par l’armée est « la sécurité », une formule vague justifiant le refus. Il est à craindre que la raison soit plutôt de pouvoir s’approprier le plus possible de terres palestiniennes.
Selon les chiffres fournis par les N-U, en août 2004, un an après que le mur soit terminé autour de Jayyous, la production locale est chutée de 7 à 4 millions de kg de fruits et légumes.

Appel aux autorités israéliennes :
 exprimant vos préoccupations concernant 30 fermiers palestiniens de Jayyous – dont Sharif Omar – dont le permis pour accéder à leurs terres n’a pas été renouvelé , et pressant les autorités israéliennes de remplir leurs obligations au regard du droit international, et de renouveler rapidement leurs permis , ainsi que ceux de centaines d’autres habitants de Jayyous ;
 exprimant vos préoccupations quant au fait que le village de Jayyous est coupé des deux tiers de ses terres agricoles, qui sont la source de revenus des habitants, et pressant les autorités de rendre rapidement l’accès à leurs terres aux habitants de Jayyous ;
 exprimant vos préoccupations que des dizaines de milliers de Palestiniens de différentes communautés de Cisjordanie, se voient également empêchés d’avoir accès à leurs terres, et pressant les autorités israéliennes de remplir leurs obligations au regard du droit international et de permettre aux palestiniens des territoires occupés d’avoir libre accès à leurs terres.
 Exprimant vos préoccupations que les 700km du mur sont en majorité (80%) situés sur le territoire palestinien – en violation du droit international – et non pas sur le tracé de la Ligne verte entre la Cisjordanie et Israël, et réitérant les appels d’Amnesty International de :

o Stopper la construction du mur à l’intérieur de la Cisjordanie, en ce compris Jérusalem Est, dont la conséquence est des restrictions illégales au libre droit de mouvements des Palestiniens, la destruction arbitraire ou la confiscation de leurs habitations et propriétés, et porte également atteinte à d’autres droits , dont le droit au logement, au travail, et un standard adéquat de vie et de respect de la vie familiale

o Les sections du mur déjà construites et qui violent ces droits doivent être démolies.

o Israël a seulement le droit de construire une barrière entre Israël et la Cisjordanie.

Vous trouverez en fichier joint le texte en anglais ainsi que la liste des autorités israéliennes.

Vous pouvez voir également une carte de Jayyous avec le tracé du Mur.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse