6 personnels de santé condamnés à mort en Libye (action terminée)

Accusés d’avoir délibérément infecté par le virus VIH 426 enfants, dont 57 sont mort du SIDA depuis, à l’hôpital de Benghazi, un médecin palestinien et cinq infirmières bulgares avaient été condamnés à mort le 19 décembre 2006, après s’être vu refuser le droit à un procès équitable à deux reprises.
Fin juillet 2007, leurs peines ont été commuées, et ils ont été expulsés vers la Bulgarie, où il ont été amnistiés. Merci à celles et ceux qui ont agi.

Lors de ces deux procès, il n’a pas été prouvé que les condamnés ont délibérément infecté des enfants par le virus VIH, ce qui laisse à penser que ces ressortissants étrangers ont été accusés à tort de responsabilité dans la tragédie qui s’est produite.

En 2006, de nouveaux éléments ont confirmé les conclusions présentées en 2004 par les experts du SIDA Luc Montagnier et Vittorio Colizzi, selon lesquelles les infections provoquées par l’hygiène insuffisante de l’hôpital, avaient débuté avant que les accusés ne commencent à y travailler et s’étaient répandues après leur départ.

Les six professionnels de la santé affirment avoir été torturés à plusieurs reprises après leur arrestation en janvier 1999, afin de leur faire « avouer » les crimes dont ils étaient accusés.

Dans une lettre adressée le 30 janvier dernier aux autorités libyennes Amnesty International exposait ses préoccupations et demandait la libération des six professionnels de la santé.

L’Organisation comprend la colère et l’anxiété des familles des enfants infectés par le VIH, mais seul un processus donnant droit à un procès équitable pour les accusés permettra d’établir la vérité sur ces événements tragiques et de rendre justice aux familles.

Amnesty International a soutenu la pétition internationale lancée par l’association Ensemble contre la peine de mort (ECPM), des médias bulgares et le médiateur de la République de Bulgarie, M. Guinio Ganev, dans le cadre de la campagne internationale « NE STE SAMI – VOUS N’ÊTES PAS SEULS »

Elle a été dressée conjointement à madame la chancelière d’Allemagne et présidente du Conseil de l’Union européenne, monsieur le secrétaire général de la Ligue arabe, et monsieur le président de l’Union africaine, la pétition visait à accroître la pression internationale et à renforcer l’unité de la communauté internationale pour obtenir la libération de Mmes Valya Georgieva Tchervenyachka, Snejana Ivanova Dimitrova, Nassya Stoytcheva Nenova, Valentina Manolova Siropoulo, Kristiana Venelinova Valtcheva et M. Ashraf Ahmad Juma Al Hajouj.
La pétition mondiale demandant à la Chancelière allemande et présidente du Conseil européen, Mme Angela Merkel, d’intervenir auprès des autorités libyennes pour que soient libérés au plus vite le médecin palestinien et les cinq infirmières bulgares condamnés à mort en Libye a été remise à son chef du protocole, le 21 juin 2007, à Bruxelles.
Selon l’association Ensemble Contre la Peine de Mort (ECPM), à l’origine de cette pétition mondiale, celle-ci a recueilli 1 200 000 signatures.
Notre organisation était représentée par Philippe Hensmans, directeur d’Amnesty international Belgique.
Un grand merci à tous ceux qui ont signé la pétition en ligne.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.