Le meurtre de Pascal Kabungulu toujours impuni Mimi ninaliya, uruma

Mimi ninaliya, uruma

Kwa uchungu, uruma

Kwa kuona, uruma

Ginsi wameuwa, uruma

Wa défenseurs des droits humains, uruma

Je pleure
amèrement (c’est triste)

de voir (c’est triste)

comment on a tué

les défenseurs des droits humains (ô quelle tristesse)

 Extrait d’une complainte écrite et interprétée par le groupe de défense des droits humains SOFAD All-Stars en hommage à Pascal Kabungulu Kibembi

Écouter la chanson

Pascal Kabungulu Kibembi a été tué par un groupe d’hommes armés dans les premières heures du 31 juillet 2005. Il se trouvait chez lui, à Bukavu, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC).

Pascal Kabungulu était l’un des principaux défenseurs des droits humains dans son pays. Son travail de secrétaire exécutif de l’association Héritiers de la justice l’amenait à s’opposer aux autorités gouvernementales et aux groupes armés, les unes et les autres ayant commis des crimes de guerre et d’autres graves atteintes aux droits humains.

À la suite d’une enquête sur ce meurtre, plusieurs soldats ont été arrêtés et leur procès s’est ouvert devant un tribunal militaire fin novembre 2005. Il a été suspendu au bout de deux semaines, lorsque des éléments d’information ont révélé que des personnalités politiques et des responsables de l’armée pourraient être impliqués dans cet homicide.

Le tribunal a estimé qu’une juridiction militaire supérieure devait examiner l’affaire, mais aucune date n’a été annoncée pour ce nouveau procès. Bien qu’un colonel ait été inculpé pour sa participation présumée au meurtre, il n’a pas été suspendu et reste en liberté.

Après la mort de Pascal Kabungulu, l’an dernier, son épouse et ses six enfants ont dû quitter la RDC. Ses meurtriers n’ont toujours pas été jugés.

Passez à l’action !

Veuillez écrire au président de la RDC pour demander que le meurtre de Pascal Kabungulu soit puni et que les défenseurs des droits humains soient protégés dans le pays.

Vous pouvez copier ce modèle et le coller dans un courrier électronique ou dans un document que vous imprimerez.

Monsieur le Président de la République,

Un an après la mort du défenseur des droits humains Pascal Kabungulu Kibembi, je vous prie de faire en sorte que ses meurtriers présumés soient jugés dans les meilleurs délais lors d’un procès totalement indépendant, qui respecte les normes internationales relatives à l’équité et qui ne se solde pas par des condamnations à la peine capitale.

Avec la mort de Pascal Kabungulu Kibembi, la République démocratique du Congo (RDC) a perdu un homme bon et l’un de ses plus courageux défenseurs des droits humains. Au nom de la lutte contre l’impunité et de la protection des autres défenseurs des droits humains en RDC, qui font régulièrement l’objet de menaces et d’agressions physiques, il faut que les meurtriers de Pascal Kabungulu Kibembi soient enfin jugés.

Je vous demande de veiller à ce que les autorités de la RDC appliquent la Déclaration des Nations unies sur le droit et la responsabilité des individus, groupes et organes de la société de promouvoir et protéger les droits de l’homme et les libertés fondamentales universellement reconnus, en prenant toutes les mesures nécessaires pour que les militants des droits humains soient protégés contre « toute violence, menace, représailles, discrimination de facto ou de jure, pression ou autre action arbitraire ».

L’ambition de Pascal Kabungulu Kibembi était de contribuer à l’édification d’une société dans laquelle les droits humains et la justice soient respectés, protégés et encouragés. Je vous demande de faire tout ce qui est en votre pouvoir pour que ce noble objectif soit atteint.

Veuillez agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de ma très haute considération.

DESTINATAIRE(S) DES APPELS :

Son Excellence Joseph Kabila
Président de la République
Palais de la Nation
Kinshasa Ngaliema
République démocratique du Congo

Courriel : Président de la République

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.