Devenez animateur-rice dans les écoles Les droits humains vous devront beaucoup !

En devenant animateur-rice bénévole dans les écoles pour Amnesty International, vous participerez concrètement à nos actions d’éducation aux droits humains auprès des jeunes.

Les droits humains appartiennent à chaque être humain dès sa naissance pourtant ils sont régulièrement violés partout dans le monde, y compris en Belgique. Pour qu’ils soient respectés, il est nécessaire de les nommer et d’en débattre. Le respect des droits humains, ça s’apprend. Et pour apprendre, il n’y a pas mieux que l’école. C’est pour cela que depuis plusieurs années déjà, Amnesty International propose aux enseignants, du primaire et du secondaire, de Wallonie et de Bruxelles, d’accueillir dans leur classe deux animations destinées à sensibiliser les élèves à la défense des droits humains. L’une porte sur la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH) et le travail d’Amnesty International, l’autre s’attache plus spécifiquement aux droits des migrants et des réfugiés. Mais qui dit animation dit forcément animateur ou animatrice. Pourquoi ne serait-ce pas vous ?

EN QUOI CONSISTE UNE ANIMATION D’AMNESTY INTERNATIONAL D’INTRODUCTION AUX DROITS HUMAINS ?

C’est un atelier de réflexion et de débat proposé à une classe (entre la cinquième primaire et la rhéto). Il débute par une présentation de la DUDH et du rôle d’Amnesty dans la défense de ces droits. Ensuite, les élèves deviennent eux-mêmes les acteurs de l’atelier. Photolangage, discussions de groupes, questions-réponses et autres activités composent un outil pédagogique dynamique et complet qui en deux heures, permet aux jeunes de s’imprégner des droits humains, de découvrir ce qu’ils peuvent faire, individuellement ou en groupe pour en assurer un plus grand respect, tant dans leur vie quotidienne que dans le monde qui nous entoure.
Cette animation se termine par la présentation d’individus en danger qu’Amnesty soutient particulièrement et des actions que les élèves peuvent mener concrètement pour défendre les droits humains.
Un dossier complet est alors remis aux élèves et à l’enseignant-e afin de poursuivre ce travail.


© Sébastien Whenham

QUI PEUT DEVENIR ANIMATEUR-RICE BÉNÉVOLE ? ET COMMENT ?

Forcément, vous partagez les valeurs d’Amnesty International, même si vous n’en êtes pas un-e membre effectif-ve et vous êtes intéressé-e par la défense des droits humains.
Vous avez plus de 18 ans.
Vous vous exprimez avec aisance en français et en public.
Vous disposez de temps libre pendant les heures scolaires et vous vous sentez prêt-e à mener dans votre région, au moins 8 animations par an, soit plus ou moins une par mois.
Si vous avez une expérience dans l’enseignement ou dans l’animation auprès des jeunes, c’est évidemment un plus. Mais ce n’est absolument pas nécessaire car votre formation est prévue par Amnesty International. De plus, les animations se font généralement en binôme. Vous pourrez donc, au début, compter sur l’aide d’un animateur expérimenté. Et tout au long de l’année, vous serez soutenu-e par le comité d’accompagnement des animateurs bénévoles et surtout par le programme jeunesse d’Amnesty.

VOS ENGAGEMENTS

  • Participer à notre formation obligatoire le vendredi 17 et samedi 18 novembre 2017 à Bruxelles ;
  • Réaliser au moins 8 animations par année scolaire (ou 1 animation par mois du calendrier scolaire) ;
  • S’engager sur une durée minimum d’un an.

ENTRE NOUS, QU’EST-CE QUE ÇA RAPPORTE ?

Beaucoup !
Pour l’animateur-rice qui, en évoluant dans un groupe enthousiaste et solidaire, voit ses convictions et ses connaissances se renforcer.
Pour les enseignants aussi, qui se sentent soutenus dans leur volonté d’offrir à leurs élèves une éducation aux droits humains afin d’en faire des citoyens ouverts, tolérants et responsables.
Pour les jeunes et les droits humains surtout. Depuis 2014, ce sont près de 900 animations qui ont été assurées. Et donc, plus de 16 500 jeunes qui ont été sensibilisés par plus de 50 bénévoles. Il est impossible que cela ne laisse pas de traces.


© Sébastien Whenham

AVANT LA FORMATION, L’INFORMATION !

Vous êtes tenté-e ? Mais votre enthousiasme n’empêche pas certains doutes, certaines questions. C’est pour cela qu’Amnesty International organise une soirée d’informations dans votre région. À Bruxelles, Charleroi, Mons, Tournai, Namur ou Liège. Vous y êtes bien sûr invité-e.

Cette séance d’informations se tiendra de 19h30 à 21h à différentes dates selon les villes concernées :

  • Le 23 octobre à Bruxelles
  • Le 26 octobre à Namur
  • Le 24 octobre à Mons
  • Le 24 octobre à Tournai
  • Le 24 octobre à Liège
  • Le 23 octobre à Charleroi

Il suffit pour y participer de vous inscrire en cliquant sur notre formulaire d’inscription.

Date limite d’inscription : 16 octobre 2017

Des informations concernant le lieu précis de la séance d’informations vous seront alors communiquées.

Si vous n’êtes pas disponible pour participer à une séance d’informations ou que vous savez déjà tout à ce sujet car vous êtes par exemple membre d’un groupe local d’Amnesty et que vous connaissez bien nos actions et outils pour la jeunesse, nous vous demandons tout de même de vous inscrire en passant par notre formulaire d’inscription en précisant que vous ne pourrez pas participer à la séance d’informations. Nous prendrons alors contact avec vous.

Si, au sortir de cette première rencontre, votre volonté se confirme et qu’elle répond à notre demande, vous serez convoqué-e à deux jours de formation (obligatoire) qui se tiendront dans nos locaux à Bruxelles les 17 et 18 novembre prochains.

Cette formation est gratuite, seuls des frais de nourriture pour le lunch (10 euros au total pour les deux jours) vous seront demandés.

CONTACTS

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à contacter notre programme jeunesse d’Amnesty : 02/538.81.77 ou jeunes@amnesty.be.

N’hésitez pas à diffuser largement cette offre aux personnes autour de vous qui pourraient être intéressées.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse