Stop aux violences dans les territoires palestiniens occupés

Pour AGIR : copiez-collez le modèle de lettre ci-dessous à Antony Blinken, secrétaire d’État des États-Unis, à l’adresse NEA-PublicInquiries@state.gov, mettez en copie brusselsprotocol@state.gov.
Mettez-nous en copie caché (Cci) : action@amnesty.be

Vous pouvez personnaliser votre email avant de l’envoyer, cela augmentera la probabilité qu’il arrive dans la boîte de réception de Monsieur Blinken. Veillez à ce que votre courrier électronique soit respectueux et persuasif - n’utilisez pas de langage haineux. Expliquez que vous suivrez de près cette campagne et que vous en parlerez à d’autres personnes.

Ces dernières semaines, le monde assiste à l’escalade des hostilités armées en Israël et dans les territoires palestiniens occupés. La violence s’est intensifiée et les civils sont les premières victimes de ces souffrances, avec des morts et des destructions massives à Gaza. Israël est responsable de meurtres, de déplacements de dizaines de milliers de personnes et de destructions de maisons, d’entreprises et d’infrastructures. Ces violations sont des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité. Les groupes armés palestiniens ont également commis certaines violations du droit international humanitaire en toute impunité.

L’expérience des Palestinien·ne·s en matière de discrimination, de dépossession et de déplacements de populations est à l’origine des violations continues et de la violence que nous constatons aujourd’hui.

La communauté internationale, en particulier les proches alliés d’Israël comme les États-Unis, ont la responsabilité de faire pression sur les autorités israéliennes pour qu’elles mettent fin et réparent les violations systématiques à l’encontre des Palestinien·ne·s.

Nous devons accroître la pression internationale pour que cela se produise ! Si nous ne nous attaquons pas aux causes profondes, le cycle continuera. Vous aussi, demandez aux États-Unis de faire pression sur les autorités israéliennes.

J'agis

Monsieur le Secrétaire d’État,

Ces dernières semaines, le monde a assisté à l’escalade des hostilités armées en Israël et dans les territoires palestiniens occupés.

Les civils sont les premières victimes de ces hostilités, avec des morts et des destructions massives à Gaza. Israël est responsable de meurtres, de déplacements de dizaines de milliers de personnes et de destructions de maisons, d’entreprises et d’infrastructures. Ces violations sont des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité. Les groupes armés palestiniens ont également commis certaines violations du droit international humanitaire en toute impunité.

L’expérience vécue par les Palestiniens en matière de discrimination, de dépossession et de déplacement de populations est à l’origine des violations continues que nous constatons aujourd’hui. À Gaza, Israël punit collectivement 2 millions de Palestiniens, qui vivent sous un blocus illégal depuis 14 ans. Israël a le pouvoir et l’obligation légale de lever le blocus et de laisser la population de Gaza jouir de ses droits, de mettre fin aux expulsions forcées et aux démolitions de maisons, d’arrêter les implantations illégales et de protéger les civils.

À l’heure actuelle, les Palestiniens du monde entier, y compris ceux du quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est, demandent au monde entier de faire pression sur Israël pour qu’il mette fin aux expulsions forcées dans leur quartier et aux déplacements forcés de Palestiniens qui se poursuivent.

Il est grand temps que la communauté internationale, en particulier les États alliés d’Israël comme les États-Unis, agisse.

Je vous exhorte ainsi à faire tout ce qui est en votre pouvoir pour que votre pays fasse pression sur Ies autorités israéliennes pour que ces dernières :
mettent fin et réparent les violations systématiques à l’encontre des Palestiniens ;
s’attaquent aux causes profondes des violations et mettent fin au cycle de l’impunité.

Je vous prie de croire, Monsieur le Secrétaire d’État, en l’assurance de ma respectueuse considération,

Votre signature.


Maisons de repos : garantir les droits humains des résidents

Pétition demandant que priorité soit donnée aux efforts visant à respecter, protéger et rendre effectifs les droits humains des résident·e·s

2021 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit