Écrire Un animateur de radio libéré de prison

L’animateur de webradio Edmund Wan (dit « Giggs »), qui avait été condamné à 32 mois d’emprisonnement pour « sédition » et « blanchiment d’argent » pour avoir critiqué les autorités et collecté des fonds en faveur de jeunes ayant participé au mouvement de protestation de 2019 à Hong Kong, a été libéré le 18 novembre 2022.

Le 7 octobre 2022, Edmund Wan a été condamné à 32 mois d’emprisonnement pour un chef de sédition et trois chefs de blanchiment d’argent. Comme convenu dans l’accord conclu avec le parquet, le tribunal a ordonné la confiscation des 4,87 millions de dollars de Hong Kong (environ 620 000 dollars des États-Unis) récoltés pour les jeunes manifestant·e·s hongkongais exilés à Taiwan. Edmund Wan était détenu depuis plus de 19 mois au moment de sa condamnation.

Malgré sa libération, il va tout de même devoir verser la totalité des fonds récoltés aux autorités, y compris ceux qui ont déjà été utilisés pour aider les jeunes manifestant·e·s, s’il veut éviter d’autres sanctions.

Son cas montre que les autorités hongkongaises semblent élargir la gamme des moyens employés à l’encontre de celles et ceux dont elles n’apprécient guère les opinions et les activités. En plus d’être le dernier opposant en date à être emprisonné sur la base de charges de « sédition » remontant à l’ère coloniale, cet homme a également été déclaré coupable de blanchiment d’argent, malgré la faiblesse des éléments à charge.

Edmund Wan, mieux connu sous le nom de « Giggs », est animateur de radio sur Internet, où il commentait notamment l’actualité, depuis de longues années. Avant son arrestation, il animait quatre émissions sur une webradio locale indépendante à Hong Kong. Il publiait également des commentaires sur l’actualité sur ses comptes de réseaux sociaux et sur une plateforme payante réservée aux abonné·e·s. En plus de ses commentaires critiquant les autorités de Hong Kong et les autorités centrales chinoises, il a lancé en février 2020 une collecte de fonds pour financer les études de jeunes hongkongais ayant fui à Taiwan. Ces jeunes ont quitté Hong Kong pour s’installer à Taiwan quand le gouvernement hongkongais a arrêté des dizaines de milliers de jeunes gens ayant participé aux manifestations de 2019.

Les charges relatives à la sédition qui datent de l’époque coloniale à Hong Kong sont de nouveau utilisées par le gouvernement depuis 2020. Avant cela, personne n’avait fait l’objet de poursuites judiciaires au titre de ces dispositions depuis 1967. Les autorités les ont utilisées pour s’en prendre à des militant·e·s politiques, des journalistes et des auteurs ou autrices ayant exercé leur droit à la liberté d’expression.

Edmund Wan a été libéré le 18 novembre. Ses proches sont venus le chercher à sa sortie de prison. Selon ses amis, il est en bonne santé physique et mentale. Il a tenu à remercier toutes les personnes qui l’ont soutenu pendant son incarcération.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions
2023 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit